/finance/business
Navigation

Mont-Sainte-Anne: Harvey et Bédard ont rencontré le gouvernement

Mont-Sainte-Anne: Harvey et Bédard ont rencontré le gouvernement
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

L’ancien champion Alex Harvey et l’homme d’affaires Mario Bédard, de la coalition Avenir Mont-Sainte-Anne, ont rencontré vendredi dernier les ministres Geneviève Guilbault et Pierre Fitzgibbon pour discuter de la survie de la station de ski de Beaupré.

• À lire aussi: Mont-Sainte-Anne: Alex Harvey et Mario Bédard pour faire bouger le gouvernement

Sans donner trop de détails sur les discussions entre les parties, Mario Bédard estime que le gouvernement du Québec devrait être proactif d’ici la fin du mois de février. La députée Émilie Foster, élue dans Charlevoix–Côte-de-Beaupré, était également présente à la réunion. 

«J’ai senti qu’il y avait quelque chose sur la table. M. Fitzgibbon est un grand skieur et il comprend bien les enjeux. Ils ont eu des rencontres avec RCR et ils ont des scénarios à l’étude. Le 15 février, ils vont avoir terminé leur analyse et ils vont savoir où ils vont. Ce n’est pas du vent», a expliqué M. Bédard.  

Des signes positifs

Le contrat avec le propriétaire RCR de même qu’un éventuel investissement avec ou sans partenaire seraient notamment au cœur de la réflexion. 

Pierre Fitzgibbon est ministre de l’Économie et de l’Innovation et responsable du développement économique régional. Pour sa part, la vice-première ministre Geneviève Guilbault est responsable de la Capitale-Nationale. 

Le gouvernement du Québec devrait ensuite faire connaître sa décision à la nouvelle coalition de citoyens inquiets pour l’avenir de la montagne. «Ça bouge. J’ai compris clairement que ça travaillait pour vrai. J’ai trouvé ça positif même si je sais que les habitués de la station ont une confiance très mitigée envers RCR», ajoute M. Bédard. 

Pour sa part, le skieur Alex Harvey s’est dit rassuré par l’attitude du gouvernement. «J’ai l’impression que le dossier est pris au sérieux. C’était constructif et je sens que le statu quo est inacceptable pour eux. Ils se sont avancés sur des dates à court terme. Ce n’est pas un dossier tabletté qui accumule la poussière.» 

Peu bavard, le ministre Fitzgibbon a simplement parlé d’une rencontre informelle. «Nous étions à l’écoute», a-t-il dit par courriel. 

Mobilisation importante

En date du 17 janvier dernier, plus de 11 000 personnes ont signé une pétition en faveur d’une modernisation du Mont-Sainte-Anne.  

Encore cette semaine, des remontées mécaniques ont connu des ratés, et la clientèle les dénonce chaque fois. Comme si ce n’était pas suffisant, Hydro-Québec a lancé un appel de réduction de puissance en raison d’une forte demande en électricité. Les activités sont donc perturbées tôt en début de journée. 

Depuis décembre, la coalition Avenir Mont-Sainte-Anne réunit des leaders politiques, des gens d’affaires, des représentants du milieu touristique et des athlètes pour éviter, disent-ils, que ce «joyau naturel victime de sous-investissement chronique» ne périclite davantage. 

Selon le groupe, la montagne a atteint un seuil critique et la situation ne peut plus durer.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.