/sports/opinion/columnists
Navigation

Tout ce brouhaha pour un plan B

Jeff Gordon
Photo d'archives, Pierre-Paul Poulin

Coup d'oeil sur cet article

Quand on connaît un peu le monde des affaires, on comprend très bien que Kent Hughes ait été le choix de Jeff Gorton dès son entrée en fonction chez le Canadien.

Et tout le matraquage médiatique concernant des entrevues, des rappels d’entrevues et la recherche d’un « grand comité » ne concernait que le plan B : le candidat sur qui il aurait fallu se rabattre si Hughes avait changé d’idée à la dernière minute.

Je ne sais pas si Hughes est le candidat idéal. Seul le temps le dira. Il aura cinq ans pour répondre à la question. Mais je sais que Jeff Gorton et lui forment maintenant un bloc monolithique au septième étage du Centre Bell et que l’équilibre du pouvoir est maintenant modifié.

Depuis le début

Pensez-y deux minutes. France Margaret Bélanger a offert le poste de vice-présidente communications à Chantal Machabée et la journaliste a eu besoin de cinq ou six semaines de réflexion avant de donner une réponse. Elle devait prévenir RDS, régler les transferts de fonds de pension, les assurances et s’assurer qu’elle prenait la bonne décision.

Alors que Kent Hughes, lui, était un partenaire dans Quartexx Management depuis la fusion de sa compagnie MFive Sports en 2016 et l’acquisition de DHG Sports Agency de Derren Ferris en 2019. Le même Ferris est d’ailleurs l’agent de Logan Mailloux ; donc on peut prévoir que le jeune défenseur va bientôt trouver une place dans le giron du Canadien.

Quartexx Management a été fondée en 2014 par Lino Saputo à Montréal et compte dans sa haute direction Giordano Saputo, le fils de Lino Saputo.

C’est une entreprise aux multiples tentacules qui connaît une belle progression.

Vous comprendrez qu’on ne quitte pas une entreprise qu’on a contribué à faire grandir par une fusion et dont on détient des actions, vous comprendrez qu’on ne négocie pas le rachat d’un partenariat et la valeur de la croissance d’une compagnie, vous comprendrez qu’on ne laisse pas tomber un homme et une star comme Patrice Bergeron ou Kristopher Letang sans faire les choses comme il faut. Et que tout ce processus prend du temps.

Autrement dit, l’offre ferme a été faite à Hughes il y a des semaines. Pour lui donner le temps de tout régler avant de signer une entente avec le Canadien.

Et vous comprendrez évidemment qu’un homme d’affaires comme Kent Hughes ne se lance pas dans cette opération de transition et de négociations sans avoir la garantie absolue que le poste l’attendra quand il aura terminé ses démarches.

LE PLAN B

Cela dit, Jeff Gorton et Geoff Molson avaient besoin d’un plan B si jamais Hughes décidait en dernier recours de rester avec Quartexx. D’où les rencontres mystérieuses avec Patrick Roy, Stéphane Quintal, Daniel Brière et les autres dont les noms ont circulé. Ils devaient parer un refus possible de dernière minute.

Ça ne veut pas dire qu’ils ont manqué de respect envers Patrick Roy et les autres. Ni avec les partisans de l’équipe. Ça fait partie de la game. Ça se passe ainsi dans de nombreuses industries. Un producteur peut offrir un rôle et négocier un contrat avec Roy Dupuis. Mais si Roy refuse, il aura déjà approché Patrice Godin et parlé d’une entente avec lui. Au cas où. C’est la vie.

Pour tout le reste, pour savoir si Hughes va s’installer à Montréal, redevenir Montréalais et payer ses impôts au Québec, on va attendre.

Quant à savoir s’il va être bon, va falloir être patient. Mais chose certaine, Kent Hughes a le droit d’avoir une chance honnête de bâtir une équipe honorable... et de gagner le respect et le cœur des fans.

Quant à son français...

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.