/news/education
Navigation

Des classes trop froides: des ajustements doivent être faits, selon l’expert qui conseille Québec

Ali Bahloul
Capture d'écran twitter Ali Bahloul

Coup d'oeil sur cet article

L’expert indépendant qui conseille Québec sur la qualité de l’air estime que de nouvelles consignes doivent être transmises au réseau scolaire pour éviter que des élèves gèlent en classe, à cause de l’ouverture des fenêtres.

• À lire aussi: Fenêtres ouvertes à l'école: le confort en classe avant la qualité de l’air, dit Québec

• À lire aussi: Classes réfrigérées: c’était écrit dans le ciel, disent les partis d'opposition

• À lire aussi: Encore des fenêtres ouvertes: les élèves gèlent dans des écoles en plein hiver

Le Journal rapportait vendredi que pour maintenir une qualité de l’air acceptable à l’école, des enseignants doivent ouvrir les fenêtres si grandes que la température descend parfois jusqu’à 13 degrés Celsius à certains endroits.  

Plusieurs parents ont affirmé que leurs enfants avaient dû porter leur manteau en classe toute la journée cette semaine. 

Le chercheur spécialisé en qualité de l’air intérieur Ali Bahloul a collaboré avec le ministère de l’Éducation pour l’installation des lecteurs de CO2 dans les classes, une opération qui est amorcée depuis quelques semaines.  

Il reconnaît d’emblée que des ajustements doivent être faits. 

«Le protocole que j’ai proposé ne dit pas que l’on doit mettre les enfants dans une situation inconfortable», a-t-il affirmé en entrevue au Journal vendredi avant-midi. 

«L’idée, c’est ventiler le mieux qu’on peut. Mais il ne faut pas mettre les enfants dans des situations inconfortables. Ce n’est pas acceptable. Peut-être que le message n’est pas bien transmis», a-t-il ajouté, tout en disant comprendre les inquiétudes des parents et des enseignants à ce sujet.      

  • Écoutez l'entrevue de Mario Dumont avec l'expert Ali Bahloul sur QUB Radio:   

Vers de nouvelles consignes

M. Bahloul a ajouté qu’une «proposition» sera faite au ministère de l’Éducation afin de permettre aux enseignants de s’ajuster «à des situations extrêmes», comme les journées de «grand froid» que l’on vit actuellement. 

En cas de canicule par exemple, le ministère de l’Éducation permet aux élèves de retirer leur masque en classe lorsque la température extérieure atteint ou dépasse 25 degrés. 

Cet expert a rappelé que l’installation des lecteurs de CO2 est toute récente : 42% des classes de la province sont maintenant dotées d’appareils fonctionnels. L’opération sera complétée au cours des prochaines semaines. 

«Il est tout à fait normal qu’on s’ajuste en cours de route», fait-il valoir. 

M. Bahloul a aussi rappelé que la ventilation dans les écoles n’est que l’une des mesures qui permet de lutter contre la transmission du virus à l’école, parmi une longue liste qui comprend notamment le port du masque en classe. «La ventilation va venir compléter le travail», a-t-il précisé, tout en rappelant que le «risque zéro» n’existe pas. 

En début d’après-midi, le ministère de l’Éducation a publié un communiqué indiquant que «le confort et la sécurité des élèves et du personnel scolaire doivent primer avant tout».  

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec Simon Landry, enseignant au secondaire dans la région de Montréal sur QUB radio :   

«L'ouverture partielle des fenêtres ne devrait se faire que pendant de courtes périodes de temps pour conserver une température confortable dans les classes», peut-on lire. 

Lors de journées très froides, si les taux de C02 dépassent le seuil acceptable de 1500 ppm, «la sécurité des occupants n’est tout de même pas compromise», assure Québec. 

Le ministère de l’Éducation indique qu’il faut se fier à la moyenne quotidienne calculée sur plusieurs jours, plutôt qu’à des données prises à un moment fixe dans le temps, pour tirer des conclusions justes sur la qualité de l’air d’une classe. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.