/news/coronavirus
Navigation

QS veut des N95 en pharmacie à «coût modique»

La vaccination ne suffit pas, selon Gabriel Nadeau-Dubois

Masse Nadeau Dubois
Photo d'archives Le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, lors d’une conférence de presse au parlement de Québec en juin 2020.

Coup d'oeil sur cet article

Québec solidaire demande au gouvernement Legault de rendre disponible dans les pharmacies des masques N95 à «coût modique» en plus d’en fournir à tous les employés de la fonction publique en contact avec la population.

• À lire aussi: Masques N95: Medicom va créer 40 emplois

• À lire aussi: La COVID-19 en Chine et aux États-Unis: deux mondes

• À lire aussi: Une entreprise de Rimouski veut aider Québec à mieux gérer les inventaires de masques N95

« Se protéger contre la COVID-19, ça nous coûte de l’argent. Mais ce qui coûte encore plus cher, c’est de ne pas se protéger », insiste, en entrevue, le chef parlementaire de la formation politique, Gabriel Nadeau-Dubois.

Devant la virulence du variant Omicron, Québec doit donc acheter « massivement » des masques N95 afin de les rendre disponibles à la population « pour que les gens qui souhaitent en porter un » puissent en porter un, dit-il.

Mais d’abord, le gouvernement Legault doit s’assurer d’en fournir en nombre suffisant aux employés de la fonction publique en contact avec la population dans le cadre de leur emploi, par exemple, aux soignants, aux enseignants et aux éducatrices.

Inspiré par Biden

Gabriel Nadeau-Dubois cite ensuite l’initiative du président américain, Joe Biden, qui a récemment annoncé que son administration mettra gratuitement à la disposition de sa population des masques N95 par le biais des pharmacies.

« Ça ne se fera pas du jour au lendemain, mais il faut commencer dès maintenant parce qu’on se rend compte que le variant Omicron sera là pour un bon moment et que la vaccination, bien qu’elle soit importante, ne suffit pas pour nous sortir de la pandémie », explique-t-il.

Le chef solidaire estime que le gouvernement Legault pourrait d’ailleurs s’approvisionner auprès d’entreprises québécoises telle Médicom, qui a annoncé jeudi l’importation de nouvelles machineries en provenance des États-Unis « pour soutenir sa nouvelle cadence de production » de masques N95.

Estimant le coût d’un masque N95 à « environ 1 $ » l’unité, Gabriel Nadeau-Dubois calcule qu’il en coûterait relativement peu cher en comparaison à la facture des hospitalisations dues à la COVID-19 qu’il chiffre entre 45 et 49 millions $, pour la seule semaine du 9 janvier.

Position controversée

Il reconnaît que la position des autorités de santé publique québécoise au sujet sur la performance des masques N95 est « très controversée », mais affirme qu’il s’agit de la «meilleure protection» selon « tous les experts ».

L’Institut national de santé publique du Québec considère en effet qu’à « la condition d’être bien porté et ajusté », un masque N95 « est plus efficace que le masque médical pour réduire l’exposition aux aérosols de petite taille ». Toutefois, « dans des contextes de travail réels, les deux masques [médicaux et N95] sont efficaces pour prévenir l’infection du SRAS-CoV-2 et les connaissances scientifiques ne permettent pas de démontrer que l’un est supérieur à l’autre », indique l’Institut dans un avis récent.

« Partout à travers le monde, les N95 sont conseillés et se généralisent, notamment en raison de la virulence du variant Omicron. [...] Le Québec doit s’inspirer des meilleurs et ce que font les meilleurs en ce moment, c’est faciliter l’accès au meilleur matériel de protection possible », conclut Gabriel Nadeau-Dubois.

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.