/opinion/columnists
Navigation

Une guerre absurde

Une guerre absurde
AFP

Coup d'oeil sur cet article

La guerre qui est en train de naître en Ukraine est absurde dans la mesure où elle va nuire à tous, sauf aux marchands d’armes.

L’Ukraine n’a que faire d’une guerre qui ravagera son territoire. Ses préparatifs exercent déjà une ponction considérable sur les finances publiques. Chaque année, plus de 4 % du PIB du pays est consacré à la modernisation de son armée.

La Russie n’a rien de bon à attendre d’une guerre contre l’Ukraine. Contrairement aux soldats ukrainiens, qui se battront avec ferveur, il est loin d’être certain que les soldats russes engageront la bataille avec conviction.

  • Écoutez la chronique de Loïc Tassé avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:

La population russe ne semble pas très chaude à l’idée d’une guerre contre l’Ukraine. 

Le bénéfice populaire réel que Poutine retirerait à long terme d’un tel conflit est douteux.

L’occupation russe de l’Ukraine pendant plusieurs années demeure incertaine. 

Et la Russie provoquerait contre elle un durcissement du front européen et particulièrement est-européen. 

En plus, les sanctions économiques risquent d’affaiblir durablement l’économie russe.

Une détérioration grave des relations entre les États-Unis et la Russie obligerait les Américains et leurs alliés à renforcer leurs dispositifs militaires en Europe. Une opération coûteuse dont ils se passeraient, alors que la Chine est devenue leur principal adversaire.

Avantages faibles à la guerre

Les avantages de cette guerre sont faibles, mais pas complètement à dédaigner.

L’Ukraine y trempera son patriotisme. Poutine, au départ, y renforcera sa popularité. Les États-Unis l’utiliseront pour consolider l’OTAN. Les pays d’Europe de l’Est recevront davantage de garanties contre une éventuelle attaque russe. 

Les pays de l’Union européenne trouveront dans la lutte contre la menace russe un nouvel objectif commun.

Cependant, une normalisation des relations entre la Russie et les États-Unis, ainsi que leurs alliés, aurait des avantages bien plus importants que ceux d’une guerre. 

Sans compter les milliers de morts inutiles qui résulteraient d’une telle guerre.

Obstacles difficilement surmontables

Malheureusement, chaque camp entretient des obstacles qui empêchent la normalisation.

En Russie, le principal obstacle est la dictature de Poutine. En Ukraine, des nationalistes veulent une dérussification profonde du pays. Dans l’État-major de l’OTAN, une culture antirusse héritée de l’ère soviétique perdure. En Europe de l’Est, le traumatisme de l’occupation soviétique n’a pas été réparé. Enfin, les Russes n’ont pas oublié la dureté des États-Unis à leur l’égard, après la chute de l’URSS.

Ces obstacles ne vont pas disparaître de sitôt. Au contraire, chaque camp pose des gestes qui renforcent la méfiance.

Poutine préside à une nouvelle alliance des dictatures, de Moscou à Pékin en passant par Minsk et Téhéran. Les dirigeants de l’OTAN réaffirment le droit de tous pays de devenir membre de leur organisation. Les Ukrainiens démantèlent les organismes qui auraient des liens avec la Russie.

La guerre en Ukraine pourrait être évitée. Mais les divers obstacles qui s’y opposent sont tels qu’il y a lieu d’être pessimiste.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.