/finance/news
Navigation

Cessons d’avoir honte de la location

A section view of a residential building, people at their apartments, Stay home concept
Illustration Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Plus l’accès à la propriété se resserre, plus l’immobilier se retrouve en manchette. Plus on en parle, plus le monde semble prêt à n’importe quoi pour devenir propriétaire.

Cette frénésie procède du même phénomène qui a frappé le papier de toilette, il y a deux ans. À force de voir aux nouvelles des clients se disputer les paquets devant des tablettes vides, l’envie de courir chez Costco pour en remplir son VUS se fait pressante.

Le marché immobilier fait aujourd’hui l’objet de ce qu’on appelle en anglais le « fear of missing out » (FOMO), soit la crainte, alimentée par les autres, de rater quelque chose, de ne pas être dans le coup. Ça génère une certaine anxiété qu’on doit soulager, puis la conviction de pouvoir s’enrichir finit par convaincre d’y aller coûte que coûte. 

Ce mouvement a pour effet de dévaloriser la location, de plus en plus perçue comme une antichambre, un pis-aller, en attendant de joindre le grand club des propriétaires. Si on s’y incruste, ça fait « loser ».

Pourtant, vivre à loyer convient parfaitement à beaucoup de ménages, en plus de représenter souvent un meilleur choix financier.

Rien de parfait en propriété

Je ne nie pas les atouts de la propriété : épargne forcée, stabilité, protection contre l’inflation, abri fiscal. On ne doit pas non plus exagérer ces avantages. Sur une courte période, dans un contexte de surchauffe, l’immobilier crée l’impression d’un enrichissement rapide, grâce à l’effet levier (faible mise de fonds, gros emprunt).

On oublie ce qu’il en coûte : taxes foncières, taxes de mutation, frais de transaction, emménagement, entretien, réparations, intérêts hypothécaires.

On se gargarise de la plus-value qui s’accumule sur sa propriété, mais je ne connais personne qui peut évaluer le rendement réalisé avec sa maison. Avec tout ce qu’on doit débourser, il y a de quoi être déçu.

Quand on a acquis son logement au prix d’explorer les limites de ses capacités financières, c’est toujours rassurant de lire dans le journal que les prix poursuivent leur ascension. En revanche, toujours dans le même journal, si la rumeur d’une hausse des taux d’intérêt nous oblige à envisager à des acrobaties budgétaires, ce n’est pas ce qu’on pourrait appeler un progrès.

Qu’on loue ou qu’on achète, l’hébergement représente une dépense. Règle générale : plus le logement est grand et luxueux, plus la dépense est importante. Sur quoi repose l’attrait de la propriété ? L’espace et le confort.

Les bons côtés de la location

Être locataire présente aussi des risques, le plus important reste le danger d’éviction. On peut tomber sur un propriétaire négligent, même détestable, mais c’est l’exception. On peut être aux prises avec des voisins dérangeants, mais ils pullulent aussi en banlieue et dans les copropriétés.

La location comporte en revanche des avantages appréciables.

La hausse du prix des loyers est contrôlée. Les loyers ont augmenté pour ceux qui emménagent dans un nouvel appartement, mais la vaste majorité des locataires paie des mensualités établies sur des baux signés il y a quelques années.

On n’a pas à couper le gazon ou à pelleter la neige (en copropriété non plus, c’est vrai).

Les coûts d’entretien de l’immeuble restent aux frais du propriétaire, tout comme la facture de l’électricien ou du plombier quand survient un bris. De plus en plus de ménages qui ont passé l’étape de la famille préfèrent retourner en appartement, dans des quartiers animés, c’est moins de trouble. 

La location offre plus de souplesse et une plus grande liberté. Lors d’un changement de job ou d’une séparation, il est moins compliqué de quitter son logement.

Je comprends l’attrait exercé par la propriété, mais la vie peut être plus douce en location.

Locataires, débarrassez-vous de vos complexes !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.