/misc
Navigation

Déconfiner, le plus tôt possible

Déconfiner, le plus tôt possible
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Du point de vue des droits et libertés individuels, qui ont été chèrement gagnés, il est très important que le gouvernement, qui décide de restreindre ces droits et libertés, les remette en vigueur DÈS QUE POSSIBLE. Même si cela engendre certains risques.

Difficile à comprendre quand on veut vaincre un virus dévastateur. Or, il est important de comprendre qu’il ne faut pas banaliser la privation des droits et libertés individuels.

Certains voudraient qu’on puisse prévenir les infections et les prochaines vagues en restreignant les droits et libertés personnels. Toutefois, ce n’est pas comme ça que notre société fonctionne. La privation des droits et libertés individuels peut seulement intervenir lorsqu’il y a une réelle urgence. Quand le feu est «pogné». Si ce n’est pas ou n'est plus le cas, il faut cesser la privation des droits et libertés individuels. Ça ne veut pas dire d’arrêter de combattre le virus, mais il faut le faire d’une manière qui soit le moins attentatoire possible aux droits et libertés.

La Loi sur la santé publique est sans équivoque à cet effet:

  • 118. Le gouvernement peut déclarer un état d’urgence sanitaire dans tout ou partie du territoire québécois lorsqu’une menace grave à la santé de la population, réelle ou imminente, exige l’application immédiate de certaines mesures prévues à l’article 123 pour protéger la santé de la population.  

Non, on ne peut pas jouer au yoyo. Déjà, la privation des droits et libertés à laquelle nous avons assisté durant la pandémie est assez exceptionnelle.

Maintenant, il est important de ne pas créer de précédents en banalisant cette privation des droits et libertés, au profit de la complaisance de gestion du risque potentiel.

Il est évident que prévenir les coups est beaucoup mieux dans à peu près toutes les sphères de la vie, mais il faut être conscient ici que nos ancêtres ont mené de grandes batailles pour rendre notre société à notre niveau de protection du genre humain. Et certains ont dû payer très cher le prix de la reconnaissance des droits et libertés, qui nous est maintenant acquise.

Certes, il faut respecter les règles et ne pas mépriser le concept de protection de la collectivité qui est établi dans la Loi sur la santé publique: 

  • 5. Les actions de santé publique doivent être faites dans le but de protéger, de maintenir ou d’améliorer l’état de santé et de bien-être de la population en général et elles ne peuvent viser des individus que dans la mesure où elles sont prises au bénéfice de la collectivité ou d’un groupe d’individus.  

Principe auquel nous avons presque tous adhéré durant la lutte contre la pandémie. Il est important de ne pas arrêter de se poser des questions, de critiquer, de chercher des solutions, autant pour l’individu que pour le gouvernement, afin d’éviter de brimer des droits et libertés individuels si ce n’est pas foncièrement nécessaire.

Donc, oui, il est important d’alléger les mesures et de redonner des droits dès que possible, et ce, malgré certains risques. Nos droits et libertés sont un pilier monumental de notre société moderne, un phare dans la nuit qui nous guide vers un monde meilleur. À ne jamais oublier, même si l'on doit gérer une telle épreuve pour le bien de la collectivité.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.