/opinion/columnists
Navigation

Les lunettes roses du ministre Roberge

GEN-Conf�rence d� presse concernant la refonte du programme �thique et culture religieuse
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Grand parleur, petit faiseur, voilà une locution qui dépeint à merveille le ministre de l’Éducation.

Habitué à tourner les coins ronds, monsieur Roberge annonce que la rentrée scolaire hivernale se passe à merveille. Il dénote peu de fermetures de classes.

C’est un bilan prématuré en considérant que les élèves sont en classe depuis seulement une semaine. Il gomme aussi les changements aux règles d’isolement devenues plus souples pour garder une classe ouverte, nonobstant la présence de COVID-19.

On espère que la situation ne se détériorera pas, malgré les grands risques. Trop souvent le gouvernement caquiste a démontré son manque de prévoyance.

Mal en point

L’école québécoise souffre d’une pénurie de personnel. Le ministre annonce qu’il recrutera 8000 personnes dans les cinq prochaines années.

Je ne sais pas si c’est avec sa publicité naïve « Présent, en éducation » qu’il compte recruter ces nouvelles personnes. Chose certaine, la vision bucolique projetée par cette publicité ne contribuera pas à une éducation de qualité.

Selon les échos entendus dans les milieux, il n’y aurait jamais eu autant de personnel enseignant non qualifié auprès des enfants. La rareté de main-d’œuvre existe depuis belle lurette et les promesses de nouvelles embauches ont trouvé un faible aboutissement depuis son accession au ministère.

Cependant, comme ses prédécesseurs, il lui est plus facile d’annoncer qu’il va régler le problème plus tard sans avoir à rendre compte maintenant.

De l’air pur

Grand comédien, le ministre essaie également de faire croire que les problèmes d’aération sont quasi solutionnés dans les classes.

Avoir des lecteurs de CO2 sans ventilation adéquate, si ce n’est qu’en ouvrant les fenêtres à -20 °C, c’est une fausse solution. On reprochera aux syndicats de déplorer pareille situation, pourtant ils expriment le gros bon sens.

Le ministre joue à l’anesthésiste en essayant d’endormir la population, toutefois, le réveil risque d’être brutal !

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.