/finance/business
Navigation

Revente de billets: Ticketmaster devra se défendre pour des infos camouflées

GEN-STEVE-ABIHSIRA
Photo Agence QMI, Joël Lemay Steve Abihsira a acheté ses billets sur la plateforme Fan-to-Fan de Ticketmaster.

Coup d'oeil sur cet article

La Cour supérieure du Québec vient d’autoriser une action collective contre la plateforme américaine Ticketmaster, qui est accusée de camoufler de l’information lorsqu’elle revend des billets sur le marché secondaire notamment pour des spectacles ou des matchs du Canadien.

«Cela désavantage les consommateurs», déplore Joey Zukran du cabinet LPC Avocat, responsable de l’action collective. «Ils refusent de changer leur pratique. C’est assez courageux de leur part, malgré la situation», poursuit-il. 

Ce dernier indique que le problème réside dans le fait que la plateforme vend des billets sur le marché primaire ainsi que sur le marché secondaire (revente) en exigeant des prix plus élevés sans fournir «clairement» l’information sur le prix initial des billets. 

La demande déposée en juin 2021 reproche à Ticketmaster de transgresser la Loi sur la protection du consommateur. 

L’action collective réclame des dommages punitifs de 500$ et des dommages compensatoires, dont le montant reste à être déterminé. La facture globale pour Ticketmaster n’est pas encore connue. 

Tous les commerçants ou personnes ayant acheté un billet sur la plateforme depuis le 6 juin 2018 pourront faire partie de cette démarche. Elle pourrait toucher des dizaines de milliers de clients. 

Des billets pour le Canadien

Dans les documents de la Cour, on évoque le cas du partisan du Canadien, Steve Abihsira, qui a déboursé 1675,80$ pour se procurer deux billets sur le marché de la revente pour un match des séries du Tricolore contre les Golden Knights de Vegas au Centre Bell. 

Lors de son achat, le Montréalais affirme que Ticketmaster aurait laissé entendre que le prix sur le marché primaire par billet était de 650$. Or, sur son billet, il était indiqué 350$ par siège.  

Il est d’avis que l’entreprise «berne les acheteurs sur le marché secondaire, en engendrant de la confusion quant au véritable prix affiché initial». 

Pour sa part, Ticketmaster conteste l’idée qu’il s’agit d’une divulgation tardive de l’information. La société dit fournir cette information à l’acquéreur avant que le contrat de revente soit conclu. 

Les clients concernés recevront un courriel de la société américaine au cours des prochains mois pour les aviser. 

La société mère de Ticketmaster est Live Nation Entertainment, qui est inscrite à la Bourse de New York.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.