/news/health
Navigation

Santé mentale: l’accès à un traitement alternatif sera élargi à Québec

Grâce à un don de 250 000$ de Bell Canada, le CIUSSS de la Capitale-Nationale se dotera d'un second appareil de neuromodulation comme celui-ci dans le but de traiter plus de patients ayant des troubles dépressifs et psychiatriques.
Photo courtoisie, Bell Canada Grâce à un don de 250 000$ de Bell Canada, le CIUSSS de la Capitale-Nationale se dotera d'un second appareil de neuromodulation comme celui-ci dans le but de traiter plus de patients ayant des troubles dépressifs et psychiatriques.

Coup d'oeil sur cet article

Le CIUSSS de la Capitale-Nationale pourra doubler l’accès à un traitement alternatif des troubles dépressifs et psychiatriques, à la suite d’un don privé de 250 000$. 

• À lire aussi: Plan d’action de Québec: plus d’un milliard $ en santé mentale

La Fondation CERVO a annoncé mercredi la réception de ce «don majeur» provenant de Bell Canada dans le cadre de la journée Bell Cause pour la cause.

Avec cet argent, le CIUSSS-CN pourra se doter d’un deuxième appareil de neuromodulation, un traitement aussi connu sous le nom de «stimulation magnétique transcrânienne répétitive» (SMTr).

Le CIUSSS-CN dispose depuis l’été 2016 d’un de ces appareils et a constaté des retombées positives chez des usagers souffrant de troubles dépressifs majeurs chez qui les approches thérapeutiques plus conventionnelles, comme la médication ou la psychothérapie, sont mal tolérées ou ne produisent pas les effets escomptés.

Impulsions magnétiques

Le fonctionnement de l’appareil repose sur l’impulsion d’un champ magnétique qui pénètre les tissus et induit des courants électriques agissant sur l’activité neuronale dans une région ciblée du cerveau.

Le protocole prévoit typiquement une vingtaine de séances d’une vingtaine de minutes chacune. Le traitement n’est pas invasif et est sans douleur.

Chaque année, des dizaines de patients en bénéficient, dont des militaires de la clinique pour les traumatismes liés au stress opérationnel (TSO).

Les chercheurs du centre CERVO et du CIUSSS espèrent d’ailleurs faciliter le corridor de services pour les besoins des Forces armées canadiennes.

Recherche

On souhaite aussi étudier son application pour d’autres désordres psychiatriques, en plus de la dépression majeure, comme la schizophrénie, la manie, le stress post-traumatique et le trouble obsessif compulsif.

«C’est un traitement qui a beaucoup de potentiel. Il y a encore beaucoup de connaissances à aller chercher du côté de la maladie mentale et des traitements», affirme le Dr Sébastien Proulx, médecin-psychiatre au CIUSSS.

«L’acquisition d’un deuxième appareil de neuromodulation permettra de réduire l’attente pour les personnes qui ont besoin d’aide maintenant et d’éventuellement bonifier l’offre de services pour d’autres patients», a salué Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec.

Le temps d’attente pour ce type de soins peut aller jusqu’à huit mois à l’heure actuelle.

«L’ajout d’un deuxième appareil de stimulation magnétique transcrânienne répétitive nous permettra de doubler, dès la première année, notre capacité de traitement pour ce traitement alternatif pour les troubles psychiatriques», a souligné Michel Delamarre, président-directeur général du CIUSSS-CN.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.