/entertainment/tv
Navigation

Une première: les services payants de visionnement en ligne surpassent la télé traditionnelle au Québec

Bloc télé
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Soixante-dix ans après l’arrivée du petit écran dans la vie des Québécois, les temps continuent de changer, si bien qu'il y a pour la toute première fois plus de consommateurs qui sont abonnés à au moins un service payant de visionnement en ligne qu’à la télé traditionnelle. 

La pandémie a donné un coup d’accélérateur à cette tendance voulant que de plus en plus de gens se débranchent de leur service de télévision à la maison pour adopter des plateformes comme Netflix, Club illico ou TOU.TV Extra.

L’expert en nouvelles technologies Bruno Guglielminetti, qui est porte-parole des enquêtes NETendances à l’Académie de la transformation numérique (ATN) de l’Université Laval, parle d’un «moment charnière et historique» en matière de consommation de contenus à domicile.

Le fait que les gens aient été confinés chez eux depuis mars 2020, avec des assouplissements ponctuels plus ou moins importants, a fait exploser le taux d’abonnement des plateformes par abonnement.

Dans la nouvelle enquête NETendances «Portrait numérique des foyers québécois», dévoilée mercredi, on apprend que 71 % des adultes étaient abonnés en 2021 à au moins un service payant de visionnement en ligne. Il s’agit d’une hausse de 3 % comparativement à 2020, mais de 15 % par rapport à 2019, la dernière année mesurée avant l’arrivée de la COVID-19 dans nos vies. Entre 2018 et 2019, la croissance n’avait été que de 2 %.

En revanche, 66 % des adultes étaient abonnés l’an dernier à la télé câblée ou fibrée, en recul de 6 % en un an et de 13 % depuis 2018.

«Ce croisement, ce changement important, je l’attendais d’ici deux à trois ans, mais la pandémie a tout changé», a dit M. Guglielminetti en entrevue avec l’Agence QMI.

Pour Vidéotron et Bell, les deux grands producteurs et distributeurs de contenus au Québec, les nouvelles ne sont pas si mauvaises.

«Ils reprennent allégrement l’argent qu’ils perdent d’un côté, celui de la télévision câblée ou fibrée, parce que ce sont les services internet qu’ils vendent encore plus, avec les données illimitées, les forfaits illimités, ils ne perdent pas au change», a dit M. Guglielminetti.

Bloc télé
PHOTO COURTOISIE

Netflix en tête

C’est Netflix qui demeure le service de visionnement payant le plus populaire auprès des internautes: 57 % des Québécois étaient abonnés l’an dernier à la plateforme américaine, en hausse de 5 % par rapport à 2020. Suivent Amazon Prime, qui a gagné le plus d’abonnés québécois en 2021 (29 %, +10 %), et Disney+ (18 %, +4 %).

Les plateformes locales ne sont pas en reste. Club illico est la plus populaire chez les internautes québécois: 16 % d’entre eux étaient abonnés en 2021, un chiffre qui est demeuré stable dans la dernière année. TOU.TV Extra (9 %, stable) et Crave (8 %, -1 %) ferment la marche.

«La bonne nouvelle que je vois, c’est que Club illico et TOU.TV Extra sont en croissance et ont encore de la marge pour aller chercher du marché», selon M. Guglielminetti, qui souligne que les deux plateformes ont la chance d’évoluer dans un «village gaulois» culturellement parlant.

De plus, Club illico et TOU.TV Extra «peuvent compter sur un réseau qui prend une partie des frais de production [...], puis il y a ensuite la diffusion en deuxième fenêtre un ou deux ans plus tard» pour financer toutes les productions originales québécoises, qui n'ont jamais été aussi nombreuses.

«Le problème, par contre, c’est que c’est eux qui vont probablement écoper des choix des consommateurs, a poursuivi M. Guglielminetti. Dans un contexte où Netflix annonce qu’il va y avoir une hausse [tarifaire] au Canada, il y a bien des consommateurs qui disaient: "on va avoir un, deux, voire trois abonnements différents", mais là si ça commence à coûter un peu trop cher, peut-être que les gens vont couper les plus petits.»

Il juge que l’offre de contenus français de Crave demeure pour le moment «anecdotique».

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.