/news/coronavirus
Navigation

Des gyms de Québec vont défier le gouvernement le temps d'une journée

Coup d'oeil sur cet article

Des salles de conditionnement physique de Québec se préparent, comme plusieurs autres dans la province, à ouvrir dimanche pour protester contre le gouvernement Legault qui maintient leur fermeture.

• À lire aussi: Certains gyms prévoient ouvrir sans l’aval du gouvernement

C'est le cas du CrossFit Lac-Beauport, CrossFit Québec City et du Gym Hyperactif.

Les propriétaires espèrent ainsi faire bouger les choses, comme l'a fait la pâtissière de Jonquière la semaine dernière.

Ils veulent faire partie du plan de déconfinement.

«C'est pour lancer un message aux décideurs publics pour dire qu'on existe, qu'on est là et qu'on fait partie de la solution pour régler le problème à long terme parce que ce que nous ne voyons pas arriver c'est un problème d'obésité qui s'en vient plus de 40 % des Canadiens ont pris du poids pendant les deux dernières années. Nous allons voir les répercussions de ça dans quelques années, alors c'est important de rouvrir les gyms le plus rapidement possible», a expliqué Mathieu Corriveau le propriétaire du CrossFit Lac-Beauport qui ouvrira sa salle dimanche pour une journée.

Selon les propriétaires de gyms, la décision de ne pas rouvrir les gyms est politique et non une décision de santé publique.

«Le taux de contagion dans les gyms est minime, on parle de 0.005 % de contagions. Alors, il n'y a rien qui justifie cette décision. Selon nous, nous sommes encore fermés en raison de l'éclosion dans un gym de Québec», a ajouté en entrevue Mathieu Corriveau.

Une mobilisation qui se fera dans le respect des mesures sanitaires.

«Le but c'est de manifester une journée, tout en suivant à la lettre les mesures de la santé publique, passeport vaccinal, masque, distanciation physique et désinfection», a indiqué le propriétaire du CrossFit Lac-Beauport.

Pour sa part, le Conseil canadien de l'industrie du conditionnement physique n'encourage pas les gyms à défier le gouvernement, mais le porte-parole comprend les propriétaires.

«On ne supporte pas les initiatives qui contestent les mesures et qui veulent aller contre les directives gouvernementales. Par contre, on peut comprendre qu'à ce stade-ci, avec les annonces de cette semaine du gouvernement que plusieurs propriétaires de gym se sentent au pied du mur, ils ne voient plus d'avenue possible. On ne se fait plus entendre, nous ne sommes pas écoutés, il n'y a pas de dialogue avec le gouvernement. Alors, je peux comprendre que plusieurs se sentent abandonnés», a déclaré Gabriel Hardy, le porte-parole du Conseil canadien de l'industrie du conditionnement physique.

Les propriétaires qui ouvriront leurs salles de sport dimanche vont s'exposer à une amende entre 1000 et 6000 $.

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.