/news/politics
Navigation

Les conservateurs appuient le convoi de manifestants

Coup d'oeil sur cet article

Le chef conservateur Erin O'Toole rencontrera vendredi des camionneurs du convoi arrivant à Ottawa et dénonce les « éléments extrémistes » qui s'y sont rattachés, alors que des membres de son parti appuient ouvertement la manifestation.

• À lire aussi: Convoi de camionneurs: la police d’Ottawa se prépare à l’inconnu

• À lire aussi: Manifestation à Ottawa: la réputation des camionneurs en danger?

« Tout le monde a le droit de se faire entendre. La manifestation se doit d’être pacifique, mais à une époque où bien des gens se sentent exclus des débats ici à Ottawa, nous devons nous assurer que ces voix peuvent être entendues d’une manière efficace et sécuritaire », a déclaré M. O’Toole lors d’une conférence de presse jeudi soir.

Réitérant son opposition à la vaccination obligatoire pour les camionneurs dont il comprend la « frustration », M. O’Toole a dit qu’ils sont un « symbole de la fatigue et la division » qui plombent les Canadiens après deux ans de pandémie et de mesures sanitaires.

Des conservateurs bien en vue comme Pierre Poilièvre, Candice Bergen et même l’ancien chef Andrew Scheer ont pour leur part publiquement appuyé la manifestation. 

  • Écoutez Yasmine Abdelfadel et Dominic Vallières sur QUB radio:   

Verrouillez vos portes

À Ottawa, les membres du corps politique ont été alertés par le sergent d’armes du Parlement que certains manifestants pourraient se rendre à leur bureau ou à leur domicile. Il leur recommande notamment de ne pas se rendre sur les lieux et de « fermer et verrouiller toutes les portes extérieures ».

Malgré l’ampleur que prend la manifestation, le gouvernement libéral n’a pas l’intention de revenir sur sa décision.

« On reconnaît le travail important des camionneurs durant la pandémie, mais on considère que c’est le bon moment pour tenter de convaincre les quelque 10 % de camionneurs non vaccinés qui ont eu plusieurs semaines pour se préparer », a déclaré mercredi le ministre des Transports Omar Alghabra.

En entrevue à LCN mercredi, la ministre des Affaires étrangères Mélanie Joly disait ne pas vouloir d’un « 6 janvier » canadien, en référence à l’assaut du Capitole aux États-Unis. « Ce n’est pas vrai qu’on va accepter de la violence et qu’on va se faire prendre en otage », a-t-elle lancé.

Un mauvais message

La députée du Bloc québécois Kristina Michaud dit craindre les « dérapages » vu « l’ampleur pas possible » qu’a prise le convoi, dont l’idée de base était légitime.

La prise de position des conservateurs « envoie le mauvais message », croit-elle. « De voir des parlementaires qui s’associent à ça, je trouve ça déplorable. »

Le député du NPD Alexandre Boulerice abonde dans le même sens et croit que les conservateurs devraient « prendre leurs distances » avec l’événement.

« Les gens ont le droit d’être frustrés, de manifester de manière pacifique, dans une démocratie, c’est normal. Mais là, c’est en train de déborder dans l’intimidation des institutions démocratiques. »

À VOIR AUSSI