/news/health
Navigation

Un bras de fer se dessine entre Dubé et les médecins de famille

Ils accusent le gouvernement du Québec de vouloir leur imposer des pénalités

Coup d'oeil sur cet article

Un affrontement se dessine entre le ministre Christian Dubé et la puissante fédération des médecins de famille : celle-ci dénonce vertement la réforme sur l’accès aux soins de première ligne et accuse Québec de tenter à nouveau de lui imposer les sanctions pécuniaires créées, puis abandonnées sous Gaétan Barrette

• À lire aussi: Le sous-variant d'Omicron plus contagieux que l'original

Le climat risque d’être tendu, aujourd’hui, lors du passage de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) en commission parlementaire sur le projet de loi 11.

« Ce projet de loi est totalement inutile et totalement incompréhensible. Il ne réglera d’aucune manière la situation de la première ligne au Québec. Pire, il la dégradera encore plus », affirme la fédération dans son mémoire, dont Le Journal a obtenu copie. 

La FMOQ demande carrément le retrait de cette pièce législative, que le ministre de la Santé, Christian Dubé, présente comme une simple réforme de la prise de rendez-vous. 

Québec souhaite avoir accès aux plages horaires des cliniques afin de pouvoir répartir les patients selon les besoins et de réduire ainsi la liste de plus de 900 000 Québécois en attente d’un médecin. 

Mais, dans un mémoire parsemé de mots très durs à l’égard du gouvernement Legault, la fédération affirme que Québec cherche plutôt à menacer les médecins de sanctions pécuniaires en réactivant la loi 20 adoptée sous l’ex-ministre de la Santé, Gaétan Barrette.     

  • Écoutez l’entrevue de Benoit Dutrizac avec Dr Sylvain Dion, premier Vice-président de la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec sur QUB radio :   

« Discriminatoire »

Plus loin, les auteurs ajoutent que la réforme proposée est « stérile et inacceptable ». 

Les médecins de famille estiment que le gouvernement tente, avec l’article 6 du projet de loi, d’obtenir les données nominatives sur la pratique des médecins, « vraisemblablement afin de sévir contre ceux qui n’atteignent pas les objectifs de prise en charge du gouvernement ».

« Au surplus, il importe de souligner le caractère discriminatoire des mesures envisagées par le projet de loi 11, qui affecteront de manière disproportionnée les jeunes parents et tout particulièrement les femmes, ainsi que les médecins approchant l’âge de la retraite », affirment-ils.  

Volte-face

Cette sortie de la FMOQ tranche avec ses commentaires plutôt positifs d’après le dépôt du projet de loi, en novembre dernier.

Son ex-président, le Dr Louis Godin, y voyait une volonté de collaboration, après les menaces faites par le premier ministre au cours des mois précédents. 

Depuis, la FMOQ a eu le temps de consulter la pièce législative plus en détail, et un nouveau président, le Dr Marc-André Amyot, a pris les rênes de la fédération. 

Extraits du mémoire de la FMOQ  

« La question des services médicaux de première ligne ne peut pas être envisagée dans une dynamique motivée par la courte vue, la défiance, l’autoritarisme, la discrimination, les pénalités et la négation des normes propres à l’exercice de la médecine de famille. »

« Nous refusons les tactiques gouvernementales de désinformation visant à nous faire porter l’odieux des problèmes d’accessibilité aux médecins. »

« Une telle approche législative aggravera la pénurie de médecins de famille et provoquera des départs prématurés à la retraite. ​»

« Le projet de loi n° 11 est le fruit d’une approche irresponsable et d’une méconnaissance de la réalité de l’exercice de la profession de médecin de famille. ​»

« Le 11 novembre 2021, date de la présentation du projet de loi n° 11, restera une autre journée sombre dans l’histoire législative de la médecine au Québec. »

« [...] le mépris que leur signifie le gouvernement avec la présentation du projet de loi n° 11 constitue pour tous les médecins de famille une véritable gifle. »

À VOIR AUSSI  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.