/sports/jo
Navigation

Belles histoires estriennes aux Jeux de Pékin

Coup d'oeil sur cet article

Ils sont 10 athlètes de l’Estrie à représenter les couleurs du Canada aux Jeux olympiques de Pékin, et si plusieurs font partie des espoirs pour monter sur le podium, tous n’auraient pas pensé être là-bas il y a quelques années.

• À lire aussi: [EN IMAGES] Les Jeux olympiques officiellement ouverts, Pékin entre dans l'histoire

Des visages connus comme Kim Boutin et Maxence Parrot, qui n’en sont pas à leurs premiers Jeux, font partie de la liste.

Ils ont tous deux gagné des médailles aux Jeux de 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud. Max Parrot était reparti avec la médaille d’argent pour l’épreuve «slopestyle» en planche à neige, alors que Kim Boutin avait marqué l’histoire. La patineuse de vitesse sherbrookoise était ainsi montée sur le podium pour les trois distances individuelles, devenant la deuxième femme à réaliser cet exploit.

Le père de Kim Boutin est d’ailleurs très fébrile d’enfin voir les efforts de sa fille porter leurs fruits. Malgré son excellente performance en Corée du Sud, la jeune femme avait connu des moments difficiles et avait reçu des menaces de mort sur les réseaux sociaux. À son retour, elle a pris soin de sa santé mentale, et maintenant, elle est en bonne santé physique et psychologique.

C’est de ce travail que son père est le plus fier. «C’est sûr qu’on est toujours fiers qu’elle ramène des médailles, mais ce qu’on veut vraiment c’est qu’elle profite du moment et qu’elle soit zen. Si elle garde son idée de départ, qu’elle reste en confiance, en présence, dans le sens d’être bien dans sa peau, tout va aller bien parce que la confiance va être là», a souligné Pierre Boutin.

Des petits nouveaux

Il y a aussi beaucoup de nouveaux visages qui en seront à leurs premiers Jeux, dont Jules Burnotte en biathlon, Samuel Giguère en bobsleigh, Jordan Pierre-Gilles en patinage de vitesse sur courte piste, Antoine Gélinas-Beaulieu en patinage de vitesse sur longue piste, Olivier Léveillé en ski de fond, Sébastien Beaulieu en planche à neige, ainsi que Miha Fontaine et Marion Thénault en ski acrobatique.

L’histoire de Marion Thénault est des plus inspirantes. La Sherbrookoise n’a que 21 ans et elle participe à ses premiers jeux en ski acrobatique, mais elle était une gymnaste nationale en 2017. À l’époque, elle ne savait pas encore skier et elle fait cette année partie des favoris en ski acrobatique pour aspirer à une médaille.

La ministre déléguée à l’Éducation, députée de Brome-Missisquoi et ancienne athlète, Isabelle Charest, est fière du travail de tous ces athlètes de la région, mais surtout de leur entourage.

«Quand on a des organisations, des bassins qui sont bien structurés et qui font en sorte qu’il va y avoir une émergence de nos athlètes, ça porte fruit. On le voit avec la représentation de l’Estrie, avec nos athlètes. Je suis très fière de nos athlètes, mais aussi, et surtout, de tout le monde qui s’implique dans le sport, dans la région, pour faire en sorte que ces talents-là émergent», a-t-elle souligné.

À voir aussi  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.