/news/coronavirus
Navigation

Primes «COVID»: les infirmières en ont marre

Coup d'oeil sur cet article

Les infirmières et les autres professionnelles en soins du Saguenay-Lac-Saint-Jean en ont plus qu’assez de devoir encore attendre les primes et révisions de salaire qui leur ont été promises par le gouvernement à la signature de la dernière convention collective.

Les infirmières praticiennes spécialisées doivent recevoir entre 2000 et 14 000 $ de leurs employeurs, a indiqué la présidente régionale du syndicat des professionnelles en soins affilié à la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Julie Boivin.

Elles sont 3400 uniquement au Saguenay-Lac-Saint-Jean à attendre ce paiement.

«Ce sont des montants rétroactifs, parce que la convention collective a tardé à être signée, alors que les parties se sont entendues sur une augmentation salariale en 2020 et 2021, a expliqué Mme Boivin. On nous doit aussi toutes les nouvelles primes négociées lors de ce renouvellement-là. Pour nous c'est un manque de respect. L'employeur avait une seule chose à respecter, c'était la date, et il ne l'a pas fait.»

Mercredi, les syndiqués se sont mobilisés pour accentuer la pression sur Québec, tandis que la FIQ a lancé une campagne sur les réseaux sociaux.

Les travailleuses de la santé ont publié, sans masque ni gène, des photos d’elles, carton à la main, stipulant la somme d'argent due, et attendue, malgré une entente qui prévoyait un règlement avant le 3 janvier.

Le centre de santé aurait des pépins informatiques et devra apporter des modifications à son logiciel de paie pour pouvoir procéder correctement aux versements.

Une explication qui ne tient pas la route, a estimé la présidente régionale de la FIQ.

«Dans le passé, on a eu des augmentations de salaire et de nouvelles primes et ça se faisait à la main et dans le temps, donc pour nous c'est clairement un manque de volonté», a ajouté Julie Boivin qui promet d'autres actions si rien ne bouge.

Une mise en demeure est aussi en préparation dans la région, alors que d'autres syndicats affiliés à la FIQ auraient déjà fait parvenir le document aux autorités.

«On fait parvenir notre mise en demeure au premier ministre, au ministre de la Santé, à la direction du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean et au Conseil du Trésor», a-t-elle précisé.

Les montants impayés n'ont rien à voir avec les primes incitatives relatives à la COVID-19, qui elles, ont toutes été payées sans délai, toujours selon la déclaration du CIUSSS du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

Les autorités régionales de la santé ont quant à elles confirmé dans une déclaration écrite qu'elles avaient l'intention de procéder au versement des primes au cours du mois de février. Elles ont aussi précisé que l'ensemble des employés concernés seraient bientôt informés de la date précise et des modalités de paiement.

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.