/news/politics
Navigation

Hausse du nickel: un réajustement nécessaire selon des comités citoyens

Coup d'oeil sur cet article

Plusieurs comités citoyens ont manifesté samedi à Québec pour faire part de leur désaccord face à la décision du ministère de l’Environnement d’augmenter cinq fois la concentration du nickel dans l’air.

• À lire aussi: Marchand s’oppose au provincial sur le nickel

• À lire aussi: Nickel: Jackie Smith met la pression sur Marchand

«Évidemment la hausse de la norme du nickel proposé par Québec est inacceptable. C’est pourquoi il est important de faire pression pour que le gouvernement recule», a affirmé Raymond Poirier, membre du comité littoral citoyen.

Il a ajouté que le gouvernement doit reconnaître que cette norme «ne peut pas et ne doit pas» s’appliquer, particulièrement dans le secteur de Limoilou.

Le comité a justifié cette contestation par une étude de toxicologie qui a démontré que cette augmentation de nickel peut affecter l’air de la région.

«On a vu avec l’étude sur la toxicologie qu’il y a des zones d’ombres importantes sur les différents polluants, et comment ceux-ci pourraient impacter la réalité locale du quartier», a soutenu M. Poirier.

Selon l’organisateur, un réajustement est nécessaire pour éviter toute situation qui aura des conséquences sur la santé des personnes.

La porte-parole de l’opposition officielle en matière d’environnement, Isabelle Melançon, a quant à elle affirmé que cette décision du gouvernement Legault est «justifiée par des impératifs économiques et non par des raisons environnementales».

«C’est contre-intuitif, en 2022, de hausser des taux et des seuils dans l’air et mettre la santé des citoyens à prix pour des raisons économiques. Si quelqu’un m’avait dit que cette idée viendrait du ministre de l’Environnement, j’aurais cru à une mauvaise blague», a souligné par communiqué la députée libérale de Verdun.

Elle a ainsi suggéré que la Ville de Québec dépose un mémoire sur le sujet lors des consultations publiques.

Rappelons que le maire de Québec, Bruno Marchand, s’était positionné contre le règlement sur l’ajustement de la norme de nickel dans l’air.

«Nous ne pouvons accepter d’augmenter les normes tant que nous n’aurons pas amélioré la qualité de l’air. Le comité plénier a été utile et il nous permet d’arriver avec une position claire aujourd’hui», avait-il écrit vendredi sur son compte Twitter.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.