/opinion/columnists
Navigation

Beaucoup de pression sur Kuemper et Campbell

Coup d'oeil sur cet article

La pression fait partie du quotidien des gardiens de but, mais certains se retrouvent parfois dans des situations plus tendues que d’autres. C’est le cas de Darcy Kuemper au Colorado et de Jack Campbell à Toronto. 

D’un point de vue collectif, les formations de l’Avalanche du Colorado et des Maple Leafs de Toronto se retrouvent dans une situation où elles n’ont plus le choix. Elles doivent gagner la coupe Stanley, rien de moins. 

Même si franchir le premier tour des séries serait un progrès à Toronto, s’éclipser au deuxième tour serait considéré comme un vibrant échec. 

Ce qui pèse également sur les épaules de Kuemper et Campbell est leur situation personnelle. Ces deux bons cerbères de 31 et 30 ans respectivement arrivent à une étape dans leur carrière où ils doivent démontrer qu’ils font partie de l’élite, non pas seulement pour leur réputation, mais aussi pour leur avenir. 

Ces deux trentenaires seront joueurs autonomes sans compensation à la fin de la saison. 

Un triomphe en séries, ou du moins un parcours impressionnant, s’avérera certainement très rentable. Kuemper gagne présentement 3,5 millions $ et Campbell, 1,6 million $.  

Tous deux ont des chances d’obtenir des contrats de 5 M$ la saison prochaine et c’est certain que ça leur trotte derrière la tête, mais la règle d’or pour gérer la pression est de ne jamais voir trop loin devant, autant dans un match que dans une saison ou dans une carrière. 

Le stress selon Gerry Cheevers 

Le bon vieux Gerry Cheevers avait un dicton à ce sujet. Le numéro 30 des Bruins de Boston n’était pas du genre à s’énerver et il disait : La pression c’est ce que tu décides d’en faire (Pressure is what you make of it!).  

Bon, revenons à Kuemper. Il a connu d’excellentes saisons dans le désert de l’Arizona où les attentes n’étaient pas très élevées, mais dans les Rocheuses, on vise le sommet. 

Il est en voie de connaître une deuxième saison de 50 matchs et il a mené le Canada à la médaille d’or des derniers championnats du monde, où il a su gérer la pression. 

Il a eu un peu de difficulté à s’ajuster à ses débuts avec l’Avalanche, mais depuis le 10 décembre, il est intraitable avec une fiche de 12-0-2/0,925/2,28. 

Après les 15 premiers matchs, son dossier était de 9-5-0/0,903/2,84 et il n’était même pas dans notre Top 30. Kuemper, qui est présentement 15e au classement, est sur la bonne voie, mais les séries seront capitales pour son avenir. 

Mrazek ou Campbell ? 

Quant à Campbell, il a eu quelques difficultés dans les deux semaines précédant la pause des étoiles, mais il a dominé notre classement du 16 novembre au 11 janvier et, disons-le, il a été époustouflant. Il avait bien fait lors des séries éliminatoires contre le Canadien, mais Carey Price avait été tout simplement phénoménal. 

Drôle de coïncidence, Campbell va moins bien depuis le retour au jeu de son vétéran partenaire, Petr Mrazek, qui est le mieux payé des deux à 3,8 M$, et ce, jusqu’à la fin de la saison 2023-24. 

Ça sera une situation à surveiller. C’est bon d’avoir deux solides gardiens, mais pour obtenir les meilleures performances devant le filet en séries éliminatoires, c’est toujours mieux d’avoir un numéro un qui est clairement identifié.  

Jouer au yo-yo avec les gardiens fonctionne rarement, et voilà un danger qui guette les Maple Leafs de Toronto qui seront probablement l’équipe sous plus haute tension au premier tour des séries.  

À Campbell de tout faire pour garder son filet et de ne laisser aucune chance à l’entraîneur, Sheldon Keefe, d’utiliser trop souvent Mrazek. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.