/sports/huntfish
Navigation

La Garde côtière lance un appel à la prudence aux amateurs de pêche blanche

Coup d'oeil sur cet article

Le redoux et les vents forts prévus jusqu'à samedi mettent à risque les amateurs de pêche blanche et la Garde côtière leur demande de rester le plus près possible de la portion terrestre pour éviter tout accident.

Au centre de pêche La Pêcheresse, à Yamachiche, en Mauricie, le propriétaire croit qu'il est de mise de sensibiliser les nouveaux pêcheurs aux dangers de l'activité. Si la glace est bien épaisse sur le lac Saint-Pierre, où ses cabanes sont installées, la situation n'est pas la même partout.

«Ceux qui sont dans le courant, c'est malheureux pour eux. Il faut redoubler de prudence et regarder la glace plus souvent», a expliqué Gaétan Piché.

Une importante fissure a été détectée la semaine dernière sur le fleuve Saint-Laurent à la hauteur du Quai de Sainte-Angèle de Bécancour. La Ville avait alors demandé aux pêcheurs de ne pas s'aventurer sur la glace vu le danger pour leur vie.

Quelques kilomètres plus loin, M. Piché se fait très rassurant:«On est rendus à 20 pouces de glace et c'est une baie, donc il n'y a pas de courant».

Sur le lac Saint-Pierre, Pierre Chartier a participé à une recherche menée par l'Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) sur les effets des changements climatiques sur l'épaisseur de la glace.

Il a ainsi recueilli et transmis des données aux chercheurs depuis le 17 janvier. Il a constaté qu'il y a définitivement moins de glace que les dernières années, quoique son épaisseur soit largement suffisante sur le site de pêche blanche.

«Beaucoup moins de glace. Avant on avait des rallonges sur nos perceuses. On se mettait des rallonges, mais là je suis limite. On est chanceux, le mois de janvier nous a donné un bon coup de main avec le froid qu'on a eu, mais ça va vite après», a-t-il mentionné.

Les variations de température ne l'inquiètent pas. Deux pêcheurs rencontrés sur le site sont du même avis et ont expliqué que l'eau devrait tout simplement geler à nouveau au retour des temps froids pour former une couche plus épaisse. 

Malgré tout, ils ont rappelé l'importance d'être prudents aux endroits inconnus, et surtout près des pointes et des roches, car la glace y est souvent moins épaisse.

La sécurité dès le plus jeune âge

L'Académie de pêche du lac Saint-Pierre a pour mission d'initier les plus petits à l'activité hivernale. Avec des cours éducatifs, qui se donnent aussi dans la cour extérieure des élèves, l'objectif est de transmettre les notions de sécurité aux jeunes.

L'une d'entre elles est de ne jamais s'aventurer seul sur la glace.

«Donc, y aller avec un adulte qui va vérifier la glace avec lui parce que la glace n'est pas égale partout. Il faut savoir les dimensions de glace que ça prend pour y aller à pied, en véhicule, etc. Pour un enfant, c'est important de savoir que si la glace n'est pas sécuritaire, qu'il ne s'aventure juste pas sur la glace dans ce temps-là», a ajouté le coordonnateur aux activités, Pier-Olivier Leblanc.

La montée du niveau de l'eau devra cependant être surveillée. M. Piché ne s'inquiète toutefois pas que les pêcheurs auront encore plusieurs semaines pour pratiquer l'activité puisque le printemps est encore loin.

 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.