/news/politics
Navigation

Saguenay: une rencontre de négociation annulée avec les cols bleus

Saguenay: une rencontre de négociation annulée avec les cols bleus

Coup d'oeil sur cet article

Les relations de travail sont loin d'être au beau fixe à Saguenay, la première rencontre de négociation avec les cols bleus ayant été annulée mercredi par la Ville, une situation qui intervient quelques jours après des problèmes avec les cols blancs.

• À lire aussi: Ville de Saguenay: grève générale le 17 février

• À lire aussi: Convention des cols blancs: les négociations rompues avec Saguenay

«On avait établi un calendrier avec des dates pour la négociation et là [mercredi] matin, coup de théâtre, il n'y a pas de rencontre pour l'après-midi», a témoigné le président du Syndicat des employés municipaux de la Ville de Saguenay, Éric Blanchette.

La Ville de Saguenay a nommé un procureur, Me Félix-Antoine Michaud, et un conseiller en ressources humaines, Thierry Viallet, tous deux provenant du privé, pour s'asseoir à la table avec les cols bleus et blancs.

Dans un communiqué, la mairesse de Saguenay, Julie Dufour, a estimé que cette nomination aidera à conclure une entente rapide et satisfaisante.

Mais pour Éric Blanchette, ce changement de cap à la Ville lui envoie un drôle de message.

«Dans le dernier budget, on parle d'une administration saine, ça nous fait drôle un peu de voir que le comité exécutif a décidé de prendre le mandat et le donner à l'externe alors qu'on a des ressources à l'interne», a-t-il expliqué.

Les deux parties devaient s'échanger mercredi leurs demandes sur le plan normatif. Le désistement de la Ville passe mal au sein des cols bleus.

«La nouvelle nous a déçus fortement. On est très, très déçu parce que ça fait plusieurs mois qu'on se prépare pour cette négociation-là», a assuré M. Blanchette.

«C'est très mal accueilli par les cols bleus. Il y a beaucoup de gens qui sont choqués de cette situation-là. On ne comprend pas. On n'a même pas encore commencé à négocier avec l'employeur et là, ils changent de porte-parole. Ils changent de personne. Écoutez, on est surpris», a-t-il ajouté.

Des moyens de pression excluant la grève ont déjà été votés mardi par les cols bleus, lors d’une assemblée générale tenue en ligne.

«Ce n'est pas dans ce sens-là qu'on veut s'en aller pour négocier. On veut faire une collaboration avec l'employeur. Mais si on en a besoin, ça va être fait», a avancé Éric Blanchette, qui a ajouté que l’organisation d’une assemblée en ligne avec 487 membres commande une organisation complexe.

Au syndicat des cols blancs, l'arrivée de deux nouveaux joueurs patronaux interroge.

«Est-ce que ces gens-là ont le mandat de négociation? Et par la voie de ces intermédiaires-là, la ville va avoir un réel désir de vouloir régler avec nous? On est entre guillemets à suivre à ce niveau-là», a affirmé la présidente du syndicat, Stéphanie Cloutier.

Le syndicat reconnaît que Saguenay bouge, mais sur la page Facebook syndicale, une image où on y voit Julie Dufour sur un contenant de lait avec la mention «disparue» fait comprendre que le syndicat aurait souhaité parler à la mairesse à la table de négociations.

«Je comprends que peut-être, qu'elle n'a pas juste ça à faire, mais je considère présentement que c'est un conflit majeur qui se dessine devant nous. Ça aurait été à tout le moins apprécié de l'avoir à ma table. Et de venir jaser des vraies affaires», a indiqué Stéphanie Cloutier.

«C'est une déception en soi, mais comme je le disais tantôt, on reconnaît qu'il y a eu des actions. Donc, on va laisser la chance au coureur, mais le plan de match demeure le même. La grève est maintenue», a-t-elle précisé.

Le débrayage des 700 cols blancs est prévu pour le jeudi 17 février prochain, journée stratégique du premier versement du compte de taxes à Saguenay.

Sans contrat depuis plus de deux ans, leur négociation dure depuis 14 mois et se déroule maintenant devant un médiateur.

La convention des employés cols bleus est échue depuis le 31 décembre dernier. Le Syndicat des policiers de Saguenay vient aussi d’amorcer les pourparlers pour renouveler son contrat de travail.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.