/opinion/columnists
Navigation

Oui ou non aux enfants dans les manifs?

Oui ou non aux enfants dans les manifs?
Joël Lemay / Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Présentement, une centaine d’enfants militeraient à Ottawa en compagnie de leurs parents. On a pu apercevoir leurs petites bouilles dans les médias. J’ai été particulièrement touchée par l’image d’un bambin qui, sanglé dans son siège d’auto, se bouchait les oreilles à cause du bruit incessant des klaxons.

  • Écoutez la rencontre Geneviève Pettersen et Benoit Dutrizac diffusée chaque jour en direct 11 h 30 via QUB radio :

Dans ma tête, je me suis dit : « Pauvre lui. » Je sais que certains militants contre les mesures sanitaires pensent que ce sont mes enfants qui font pitié, avec leurs masques et leur double dose, mais passons... N’empêche, faut être rendu loin dans son délire pour trainer son enfant dans une boîte de pick-up et lui faire rater l’école pendant des jours pour qu’il aille faire la chaîne humaine avec d’autres enfants sur un pont..

Oui ou non aux enfants dans les manifs?
Photo tirée de Reddit

Ça dépend de la manif

Je ne suis pas contre le fait de manifester avec des enfants. J’ai moi-même amené les miens taper sur des casseroles pendant le printemps érable. Ça se passait dans mon quartier. C’était familial, festif et sécuritaire.

  • Écoutez l'édito de Geneviève Pettersen diffusé chaque jour en direct 14 h 30 via QUB radio :

Par contre, jamais je n’aurais trimballé mes petits à la grande marche contre la hausse des frais de scolarité. Pourquoi ? À cause de la foule et des possibles dérapages. Je n’avais vraiment pas envie que, moi et ma poussette, on se retrouve pris en souricière entre l’escouade antiémeute et des manifestants plus radicaux. Il y a sans aucun doute des manifestations plus « familiales » que d’autres. Celle de Québec, qui a eu lieu récemment, en est un bon exemple. Partout, des enfants accompagnés de leurs parents. OK, j’ai sourcillé quand j’ai vu des petits crier « fuck Legault » ou faire des doigts d’honneur aux « merdias », mais, globalement, ce fut une belle occasion d’avoir une discussion avec mes propres enfants sur la démocratie. Je souligne qu’à aucun moment nous n’avons été importunés par les militants antimesures.

Instrumentalisé

L’affaire, avec les enfants d’Ottawa, c’est qu’ils sont instrumentalisés. On s’en sert comme des boucliers. On s’en sert pour le ravitaillement. Et ça complique drôlement le travail de la police.

L’affaire, aussi, avec Ottawa, c’est que ce n’est plus une manifestation. C’est un siège. Et les enfants n’y ont pas leur place. L’endroit où ils devraient se trouver, en ce moment, c’est à l’école, et non sur la banquette arrière d’un camion, à respirer des émanations de diesel.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.