/sports/football
Navigation

Super Bowl LVI: les Rams champions

Dans leur stade, ils signent une victoire de 23 à 20 aux dépens des Bengals

Coup d'oeil sur cet article

INGLEWOOD, CA | Dans la ville du cinéma, le suspense a duré jusqu’à la toute fin et les Rams de Los Angeles sont ressortis vainqueurs du Super Bowl LVI, signant ainsi le deuxième triomphe de leur histoire au match ultime, par la marque de 23 à 20 face aux Bengals de Cincinnati.

• À lire aussi: [VIDÉO] Un spectacle de la mi-temps qui ravit les fans de rap et de hip-hop

C’est donc la deuxième année de suite que les champions sont couronnés dans leur stade. Devant 70 048 spectateurs au SoFi Stadium, les Rams ont triomphé chez eux, comme l’avaient fait les Buccaneers à Tampa il y a un an.

C’est dans les derniers instants du duel que les Rams sont allés chercher le championnat. Tirant de l’arrière par 20 à 16, ils ont orchestré une séquence à l’attaque de 15 jeux, sur 79 verges, pour inscrire le touché qui s’est avéré victorieux. 

C’est le receveur Cooper Kupp qui a inscrit le majeur sur un court attrapé d’une verge, sur une passe de Matthew Stafford alors qu’il ne restait qu’une minute et 25 secondes à écouler. Kupp a été instrumental sur cette productive séquence avec quatre attrapés, en plus de convertir un critique quatrième essai sur une course. 

Ses exploits lui ont valu le titre de joueur le plus utile, lui qui a terminé la rencontre avec huit réceptions pour 92 verges et deux touchés. Il a ainsi couronné une saison exceptionnelle en devenant le huitième receveur à hériter de cet honneur au Super Bowl.

« Nous n’avons jamais perdu confiance. Les gens autour de moi dans ma vie m’ont poussé et encouragé. Ça a rendu le fait de se rendre au travail agréable tous les jours. Je suis reconnaissant », a-t-il lancé sous les confettis, après la rencontre.

Donald monstrueux

Après ce touché, le travail n’était pas terminé pour les Rams. Il fallait encore trouver le moyen d’arrêter les Bengals dans leur ultime tentative.

Joe Burrow et l’attaque des tigrés ont gagné un premier jeu, avant de voir leur progression freinée.

Dans un moment surréaliste, le plaqueur étoile Aaron Donald a pourchassé Burrow sans relâche sur un quatrième essai et une verge à franchir. Burrow a été forcé de précipiter sa passe, tout juste hors cible en direction de Samaje Perine.

Pour Donald, qui a terminé la rencontre avec deux sacs du quart, c’est la consécration attendue. Le monstre, qui comptait déjà trois titres de joueur défensif de l’année, a maintenant mis la main sur le prix collectif le plus convoité.

Défense aux aguets

La défense a largement contribué à cette victoire, avec sept sacs du quart aux dépens de Joe Burrow. Pour les Bengals, la lacune criante qu’est la ligne offensive l’aura été jusqu’au bout. 

En séries, Burrow a encaissé 19 sacs et en ajoutant ceux de la saison régulière, le compteur s’est arrêté à 70. Au quatrième quart, Burrow a été frappé durement et a semblé subir une blessure au genou droit, même s’il a fini le match dans la douleur. L’équipe sait précisément où investir dans les prochains mois.

Séquence difficile

Avant sa séquence productive en toute fin de match, l’attaque des Rams ne faisait rien qui vaille. Elle a fonctionné à plein régime en début de rencontre avec deux touchés en première demie, dont un du receveur Odell Beckham.

Ce dernier s’est ensuite blessé au genou et n’est pas revenu dans le match. À partir de là, l’attaque a été victime de deux interceptions et a été sortie du terrain à quatre reprises de manière expéditive, après trois petits jeux. Mais quand ça comptait, le réveil a sonné.

« Nous sommes une équipe résiliente. Je suis tellement fier d’être associé à ces joueurs. Notre attaque a trouvé une manière d’inscrire des points et Aaron [Donald] a fini le travail », a souligné l’entraîneur-chef, Sean McVay, qui, à 36 ans et 20 jours, est devenu le plus jeune pilote de l’histoire à remporter le Super Bowl.

Mouchoirs contestés

Sur la poussée victorieuse, des pénalités douteuses appelées contre la défense des Bengals qui luttait le dos à la porte des buts ont certainement fait rager les partisans. Toutefois, les Bengals avaient inscrit un long touché sur le premier jeu du troisième quart et les officiels ont manqué une pénalité flagrante quand Tee Higgins a saisi le protecteur facial de Jalen Ramsey. Il faut croire que le karma a parlé !

Les Bengals ont maintenant raté leur coup à leurs trois tentatives au Super Bowl. Pour les Rams, c’est une deuxième victoire en cinq présences. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.