/finance/business
Navigation

COVID-19 : des commerçants mettent la clé sous la porte

COVID-19 : des commerçants mettent la clé sous la porte

Coup d'oeil sur cet article

La pandémie de COVID-19 a des effets néfastes sur l'économie et sur plusieurs entreprises, si bien qu’après des mois de fermetures forcées, certains d'entre eux ne voient plus la lumière au bout du tunnel. 

• À lire aussi: Legault rejette la Loi sur les mesures d’urgence

• À lire aussi: Le retrait du passeport vaccinal sera discuté ce soir, affirme Legault

C'est le cas, entre autres, du Centre d'amusement l'île des Moussaillons à Rimouski, alors que son propriétaire a pris la difficile décision de fermer définitivement.

Depuis le début de la pandémie, en raison des mesures sanitaires, le centre d’amusement a été fermé pendant près de dix mois. De plus, lorsque le commerce pouvait opérer, la limite de clients était grandement limitée.

«Si on compte avec les restrictions et tout, ça fait un an et demi qu’on ne peut pas être à 100%», a confié David Fournier, le propriétaire de l’entreprise.

Pourtant, avant la pandémie, son commerce, qui opérait depuis un an et demi, était très populaire et fonctionnait bien.

«Avant, il passait 250 personnes par jour, en moyenne», a précisé M. Fournier.

Ce dernier comprend très bien pourquoi ces mesures sanitaires ont été mises en place, mais les conséquences sont très lourdes pour son commerce.

«Ça a fait en sorte que l’on ne peut pas rouler à 100%, mais les coûts sont quand même à 100%», a expliqué l’homme d’affaires.

Le directeur général de Chambre de commerce et de l'industrie Rimouski-Neigette, Jonathan Laterreur, craint que cette fermeture soit la pointe de l'Iceberg puisque les aides financières, plusieurs sous forme de prêts, arrivent bientôt à échéance.

«Le gouvernement va devoir faire un effort supplémentaire pour appuyer les commerçants et les restaurateurs, toutes les petites PME, dans cette relance économique, parce que des ouvertures à 30% ou à 50% ce n’est juste pas viable pour aucun modèle d’affaires», a expliqué M. Laterreur.

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.