/news/coronavirus
Navigation

Une manifestation prévue à Québec samedi malgré les assouplissements des mesures sanitaires

Trois des organisateurs : Kevin Bilodeau, Bernard «Rambo» Gauthier et Kevin «Big» Grenier
Photo Jérémy Bernier Trois des organisateurs : Kevin Bilodeau, Bernard «Rambo» Gauthier et Kevin «Big» Grenier

Coup d'oeil sur cet article

Malgré les assouplissements entrés en vigueur et la possibilité de retirer l’obligation du passeport vaccinal dans certains commerces, les organisateurs de la manifestation prévue le weekend prochain à Québec gardent le cap, mais promettent qu’il n’y aura pas de débordements.

• À lire aussi: Des maires de la Côte-Nord se dissocient de «Rambo» Gauthier

• À lire aussi: Microbrasserie intimidée: les élus dégoûtés par le geste de Rambo

Les trois organisateurs du «Woodstock de la liberté» prévu à Québec samedi et dimanche prochain sont apparus dans des vidéos publiées lundi sur les réseaux sociaux. Bernard Gauthier, Keven Bilodeau et Kevin Grenier ont tous trois relancé l’invitation, promettant «une grande foule» et réclamant à nouveau la fin de l’urgence sanitaire, mais aussi le départ de François Legault.

«Ça prend la destitution de Legault. C'est plus que l'urgence sanitaire qui faut qui tombe, c'est le gouvernement qui faut qui débarrasse. [...] Il est criminellement responsable de tout ce qui se passe», estime Keven Bilodeau, qui a traité le maire, Bruno Marchand, de «fourchette à fondue».

Fini toutefois les menaces de siège de la ville.

Trois des organisateurs : Kevin Bilodeau, Bernard «Rambo» Gauthier et Kevin «Big» Grenier
PHOTO AGENCE QMI, RENÉ LECLERC

«Ça va juste être le 19 et le 20, ça va être familial. Le monde le savent maintenant qu’on n’est pas des gros méchants pas gentils», indique Kevin ‘’Big’’ Grenier, ajoutant que l’idée d’assiéger la ville n’aurait finalement été qu’une «menterie blanche pour faire parler les médias».

La Ville adoptera deux changements réglementaires pour aider les policiers

De son côté, la Ville de Québec attend les manifestants de pied ferme et modifie deux règlements municipaux afin de donner des leviers d'action à son service de police pour éviter les débordements. 

Le maire, Bruno Marchand, en a glissé un mot en marge d'une conférence de presse. «Mercredi, on va annoncer deux éléments sur lesquels on va faire quelques changements aux règlements municipaux pour aider le service de police pour être plus prêts pour la prochaine fin de semaine», a indiqué le maire, lundi. 

Le maire de Québec, Bruno Marchand
Photo Stevens Leblanc
Le maire de Québec, Bruno Marchand

M. Marchand n'a pas voulu spécifier de quels éléments il s'agit, mais on sait que cela ne concerne pas le bruit. «Pour le bruit, on a tout ce qu'il faut» pour agir, dit-il.

Les changements seront adoptés mercredi en comité exécutif. Ils ne nécessitent pas l'approbation du conseil municipal pour aller de l'avant. L'administration Marchand a choisi d'aller dans cette direction pour donner «des outils» au service de police rapidement, en prévision du rassemblement prévu samedi. 

Le maire a répété qu'il est pour lui «inacceptable» que des individus viennent à Québec pour «bloquer la ville» ou «écœurer le monde». Bruno Marchand n'a par ailleurs pas été impressionné par l'insulte lancée par Bilodeau.

«On apprend à nos jeunes au primaire à travailler autrement avec des argunents, à étoffer son propos, à défendre son point de vue en respect. Je pense qu’on peut faire mieux que ça. Si jamais on tient à aller là, une fourchette à fondue, ça a des dents, c’est acéré. J’accepterai l’analogie parce que pour défendre ma ville, ma communauté et mes citoyens, je me gênerai jamais». 

Appel aux dons

Quant au nombre de manifestants attendus, il est difficile à évaluer pour le moment, même si les organisateurs semblent confiants. «Tu ne le sais pas encore, mais il y a énormément de monde qui s’en vient dans ta ville», a lancé Kevin Grenier à l’intention du maire de Québec, Bruno Marchand.

Encore une fois, les manifestants font appel aux camionneurs pour venir congestionner la ville de Québec. En plus des semi-remorques, Keven Bilodeau lance d’ailleurs l’appel à «toute la machinerie qui existe» dans le but de «prendre de la place».

«Tous ceux qui vont partir de chez nous, vous allez avoir une carte-cadeau de 250$ d’essence au départ», ajoute-t-il pour convaincre les propriétaires de véhicules lourds qui en ont contre les mesures de se joindre au convoi.

Les organisateurs ont d’ailleurs débuté la vente d’articles promotionnels et insistent sur l’importance des dons pour «lancer un message haut et fort contre les mesures abusives». 23 000$ auraient été amassés jusqu’à maintenant pour les convois de la Beauce à destination de Québec ou d’Ottawa.

Des élus se dissocient

S’ils estiment avoir l’appui d’une partie de la population, les organisateurs n’ont toutefois pas celui des élus, notamment ceux de la Côte-Nord qui ont tenu à se dissocier du mouvement. Deux des organisateurs, Bernard Gauthier et Kevin Grenier, sont originaires de la région.

«Les préfets tiennent à dire que nous nous dissocions de ces gestes-là. Notre malaise, il est dans le fait de représenter la Côte-Nord. Nous ne croyons pas que ces gestes, les paroles, une personne puissent prendre ce rôle-là de la Côte-Nord», a souligné la présidente de l’Assemblée des MRC de la Côte-Nord, Micheline Anctil.

Les six préfets de l’organisme ont unanimement indiqué ne pas appuyer les actions, les gestes et les propos des organisateurs, précisant appuyer le plan de déconfinement du gouvernement.

– Avec la collaboration de TVA Nouvelles

À voir aussi      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.