/news/politics
Navigation

Sondage: Duhaime se voit au débat des chefs

Coup d'oeil sur cet article

Dopé par la montée rapide de son parti dans les sondages, Éric Duhaime estime maintenant qu’il n’y a aucune raison de l’écarter du prochain débat des chefs. François Legault, pour sa part, rappelle qu’il avait prévu un resserrement dans les intentions de vote.

• À lire aussi: Sérieuse montée des conservateurs: Duhaime 2e chez les francophones

• À lire aussi: Vague Omicron: Duhaime aurait «laissé les Québécois libres»

• À lire aussi: Assemblée nationale: François Legault pire que Jean Charest, dit Éric Duhaime

Avec 14% des intentions de vote à l’échelle de la province, le Parti conservateur du Québec (PCQ) devance dorénavant Québec solidaire (12%) et le Parti Québécois (11%), et il se retrouve à quelques points du Parti libéral du Québec (20%), selon un sondage Léger paru mardi.

La Coalition Avenir Québec reste en tête à 41%, mais ses appuis poursuivent leur tendance à la baisse après un sommet historique ces derniers mois.

Photos d'archives

J’avais raison, dit Legault

Or, si la croissance exponentielle du PCQ ces derniers mois justifie sa présence au prochain débat des chefs, Éric Duhaime pointe aussi ses chiffres enviables sur le plan du financement et du nombre de membres.

«Je cherche, et s’il y a des gens qui veulent nous exclure du débat des chefs, j’ai hâte de voir quels arguments ils vont nous trouver», dit-il.

Plutôt serein, le premier ministre, François Legault, a réitéré qu’il ne tenait «rien pour acquis». «Je vous avais dit que ça va resserrer, j’avais raison», a-t-il brièvement commenté en rappelant les propos qu’il avait tenus avant les Fêtes.

Quant aux autres partis d’opposition, ils ont été «muselés» par l’État d’urgence sanitaire mis en place par le gouvernement Legault, d’où la stagnation de leurs appuis dans les sondages, croit la députée conservatrice Claire Samson.

CAPTURE D'ÉCRAN, archives

«Je pense que [le premier ministre] M. Legault a mangé le lunch de pas mal tout le monde», a-t-elle résumé dans les couloirs de l’Assemblée nationale.

Critiques «responsables»

Ses adversaires croient plutôt que la hausse des appuis à Éric Duhaime repose sur un mouvement de contestation sanitaire temporaire.

Si le chef conservateur a déjà évoqué la possibilité de se présenter dans la circonscription de Chauveau aux prochaines élections, l’actuel député caquiste de la circonscription, Sylvain Lévesque, dit ne pas être inquiet.

«L’attrait du nouveau, ça peut être intéressant, mais il va falloir qu’il présente une équipe et un plan, a analysé la députée libérale Lise Thériault. Le monde ne vote pas pour le présent, mais pour le futur, et c’est la population qui jugera.» 

  • Écoutez Philippe-Vincent Foisy et Antoine Robitaille au micro de Benoît Dutrizac sur QUB radio:    

Le chef parlementaire de Québec solidaire Gabriel Nadeau-Dubois juge qu’il n’a pu profiter de la grogne, puisque son parti «n’a pas cherché à être le plus populaire, mais le plus responsable». «Je pense que le vrai débat sera davantage sur la reconstruction du réseau de la santé que sur les mesures sanitaires», a-t-il ajouté.

Même son de cloche au Parti Québécois, où le chef, Paul St-Pierre Plamondon, croit que ses adversaires conservateurs profitent du contexte de polarisation actuel, «qui ne demeurera pas tout le temps», pour faire le plein d’appuis.

À l’approche du déclenchement de l’élection partielle dans Marie-Victorin, il dit préférer s’en remettre aux urnes, le seul vrai test de popularité pour les partis politiques, selon lui.

À VOIR AUSSI...   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.