/misc
Navigation

Duhaime n’est pas «monosujet»

Le chef du PCQ, Éric Duhaime, en point de presse, hier.
Capture d'écran, TVA Nouvelles Le chef du PCQ, Éric Duhaime, en point de presse, hier.

Coup d'oeil sur cet article

Interrogé au sujet des bons chiffres du Parti conservateur d’Éric Duhaime dans le sondage Léger, Gabriel Nadeau-Dubois de Québec solidaire a eu cette phrase : « Ça ressemble à un mouvement de contestation de la gestion de la pandémie par la CAQ. »

Plusieurs dans la classe politique ont cherché à se « rassurer » d’une manière semblable : « Duhaime et son PCQ, c’est “monosujet”, la fin des mesures sanitaires. » Celles-ci éliminées, le PCQ s’évaporerait.

Cela relève à mon sens de la pensée magique.

D’une part, la COVID-19 restera dans le décor, surtout si une 6e vague se pointe. Le PCQ pourra alors facilement se proclamer le rempart contre le retour aux mesures contraignantes. 

  • Écoutez la rencontre Antoine Robitaille et Philippe-Vincent Foisy diffusée chaque jour en direct 12 h via QUB radio :  

Se démarquer

La force du PCQ est de tenir, sur une question cruciale, affectant tout le monde, un discours tranchant avec celui des autres partis. Qu’on aime ça ou non, il se démarque.

Notre sondage démontre par exemple que QS a perdu des appuis au profit... du PCQ. Le 8 février déjà, dans Le Devoir, un des fondateurs de QS, Pierre Mouterde, fournissait une analyse pouvant éclairer ce surprenant phénomène.

À la manifestation de Québec, écrivait-il, c’est « le peuple » normal qui est venu dire son ras-le-bol. Pas uniquement les « antivaccins » ou autres « fauteurs de troubles sans cause légitime ».

Mais la gauche a préféré regarder ailleurs. Elle aurait « raté le coche, laissant ainsi tout le champ libre à la droite ».

(Jugement peut-être un peu sévère, puisque, dans le Léger, à la question « Quel chef des oppositions défend le mieux les intérêts des gens comme vous ? » Gabriel Nadeau-Dubois arrive en tête avec 22 %. Anglade recueille 16 % ; Duhaime, 15 % ; Paul St-Pierre Plamondon 11 %) 

  • Écoutez aussi l'émission balado d'Antoine Robitaille diffusée chaque jour en direct 19 h via QUB radio :   

Santé et climat

« Se démarquer » : Éric Duhaime pourra refaire le coup sur d’autres sujets.

Le PCQ est en faveur de l’introduction du privé en santé. Hier encore, Duhaime vantait un système où les citoyens peuvent contracter une assurance privée. Dans les cas où le public est incapable de « rendre des services dans des délais raisonnables », c’est l’État qui paie le privé. Les pays scandinaves et plusieurs pays européens fonctionnent ainsi, a-t-il insisté.

Après la pandémie où les failles du système public ont été comme jamais exposées, on peut s’attendre à ce que bien des Québécois soient attentifs à cette proposition. Qui se rapproche en plus de ce que les juges de la Cour suprême concluaient dans l’arrêt Chaouilli (2005).

Enfin, le PCQ pourra se démarquer sur la lutte aux changements climatiques. Le Québec en fait déjà assez, a tranché Éric Duhaime, qui ne voit pas la nécessité de fixer des cibles de réduction. Si les grands pays ne font rien, nul besoin, nous, de « tuer notre économie ».

Il a raillé les autres partis, lancés dans une surenchère de cibles contraignantes. Ceux-ci ne disent pourtant pas comment ils vont s’y prendre. Et Duhaime de lancer : « Quelles usines ils vont fermer ? Est-ce qu’ils vont interdire les motoneiges ? Est-ce que les quatre roues, ça fait partie des choses qu’ils veulent éliminer au Québec ? [Et les] gens qui [...] n’ont pas les moyens de s’acheter une voiture électrique ? »

Les propos ont beau être un brin démagogique, ils feront mouche dans une partie de l’électorat. Les autres partis peuvent s’illusionner en croyant qu’une fois la pandémie disparue, le PCQ et Duhaime s’évaporeront.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.