/news/green
Navigation

Québec protégera l’archipel des Sept Îles

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec a annoncé jeudi qu’il met en réserve 10 territoires pour leur désignation future comme réserves de biodiversité. L’archipel des Sept Îles en fait partie.

«La Côte-Nord est riche en milieux naturels, et il est important de protéger ceux qui sont les plus représentatifs de sa grande biodiversité. L’archipel des Sept Îles figure très certainement sur la liste des trésors nord-côtiers», a déclaré par communiqué Jonatan Julien, ministre des Ressources naturelles et responsable de la région de la Côte-Nord.

Dans le milieu nord-côtier, la décision est bien accueillie. Un consensus régional sur cette question existait depuis 8 ans. La démarche permettra d’exclure certaines activités tout en maintenant le caractère récréotouristique de l’archipel.

«Il y a même eu des projets d’exploitation minière il y a quelques années. Ces projets ont été arrêtés parce que la population était en désaccord. Mais rien n’aurait empêché il y a une semaine de voir de tels projets apparaître. C’est un peu ce que les ministres voulaient empêcher. D’avoir une mauvaise surprise dans quelques jours ou quelques années», a indiqué la directrice générale adjointe d’Environnement Côte-Nord, Caroline Cloutier, en entrevue à TVA Nouvelles.

Refuge de milliers d’oiseaux migrateurs, l’archipel des Sept Îles réunit de nombreux écosystèmes représentatifs de la Côte-Nord. D’ailleurs, quatre habitats fauniques ont déjà été désignés par le gouvernement du Québec sur trois îles. De plus, depuis 1937, l’île Corossol est reconnue comme refuge d’oiseaux migrateurs par le gouvernement fédéral. Mais seules les activités qui nuisent aux oiseaux sur l’île et dans un rayon de 500 mètres y sont interdites.

L’intention du gouvernement du Québec de faire de l’archipel des Sept Îles une réserve de biodiversité avait été annoncée en 2018 par les libéraux. Mais depuis quelques mois, l’organisme Environnement Côte-Nord, favorable à ce projet, entretenait des doutes sur les intentions du gouvernement de la Coalition Avenir Québec. D’ailleurs, trois ministres ont été interpellés l’automne dernier.

«On ne comprenait pas du tout la lenteur administrative pour un territoire qui finalement revêtait un si grand intérêt autant pour la population de Sept-Îles, mais aussi pour l’ensemble de la Côte-Nord», a indiqué Caroline Cloutier.

Les détails sur les types d’activité qui seront permis et interdits dans l’archipel restent à définir, mais sa reconnaissance comme aire protégée favorisera les activités récréotouristiques.

«Tant mieux. Si ça peut faire en sorte que ça devienne encore plus un attrait touristique, pour que les gens de partout au Québec et dans le monde viennent nous voir, ça va nous faire plaisir de les recevoir», a indiqué le maire de Sept-Îles, Steeve Beaupré.

En faisant cette annonce, le ministre de l’Environnement et de la lutte aux changements climatiques, Benoit Charette, a rappelé que son gouvernement avait déjà atteint en 2020 sa cible de protection de 17 % du territoire de la province et qu’il définira en 2022 ses cibles internationales.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.