/opinion/columnists
Navigation

Pour Justin, c'est l'heure de vérité

GEN - CONVOI DE LA LIBERTÉ / MANIFESTATION
Photo Martin Alarie et d'archives, REUTERS Avec ce qui se passe à Ottawa, Justin Trudeau est en train de jouer sa place dans les livres d’histoire.

Coup d'oeil sur cet article

On a tendance à tenir pour acquise notre chance de vivre dans une démocratie. Les événements des dernières semaines qui sont survenus à la frontière et à Ottawa auraient dû nous apprendre à la chérir. La démocratie, c’est l’exception sur la planète Terre et nous sommes, effectivement, très chanceux.

Ce qui a débuté comme un exercice tout à fait correct de protestation (car protester contre son gouvernement est aussi un droit démocratique) est vite devenu un spectacle absurde de comportements antidémocratiques.

  • Écoutez l'édito de Thomas Mulcair avec Richard Martineau diffusé chaque jour en direct 8 h via QUB radio :  

DROIT DE PROTESTER

La demande initiale ? Enlever l’obligation d’être vacciné, imposée aux camionneurs qui traversent la frontière vers les États-Unis. Un bon sujet de débat, même si cette règle existe aussi du côté américain et que l’enlever ici n’aurait absolument rien changé. Protester pour ça ? Aucun problème.

Ça s’est vite métamorphosé en un désir pour les camionneurs de garder la capitale du Canada en otage indéfiniment, tant que le gouvernement n’aura pas démissionné.

Cette tentative d’utiliser la force pour renverser notre gouvernement démocratiquement élu est complètement illégale. Point. Ces gestes illégaux n’auraient jamais dû être cautionnés par des conservateurs, dont la cheffe intérimaire et un aspirant-chef.

Puisque c’est si clairement illégal, l’inaction tétanisée de notre chef de gouvernement, Justin Trudeau, est aussi inexplicable qu’inexcusable. La situation s’est dégradée dangereusement.

Des centaines de policiers et policières doivent maintenant mettre leur vie en danger pour défendre notre démocratie.

Les camionneurs qui refusent d’obtempérer à l’ordre de partir vont subir les conséquences de leurs actions, directement lors de l’opération policière et, plus tard, devant les tribunaux. Tragiquement, les membres de leurs familles qui les accompagnent risquent aussi d’en être des victimes. Tout ça, au moment où on célèbre la longue fin de semaine de la « Fête de la famille » en Ontario ! Quelle triste ironie. 

  • Écoutez la rencontre Thomas Mulcair et Richard Martineau diffusée chaque jour en direct 8 h via QUB radio :  

Il s’est caché

Trudeau s’est caché après avoir invectivé les protestataires (en les assimilant à des misogynes croyant que le vaccin contenait des micropuces...). Il en a ajouté une couche en insultant, en Chambre, une députée conservatrice de confession juive, après avoir associé sa formation politique aux croix gammées et aux drapeaux confédérés que l’on a aperçus à Ottawa.

Ces symboles sont effectivement honteux, mais ils sont une distraction. Trudeau aurait dû défendre nos institutions démocratiques, les fondements mêmes de notre État de droit et ne pas jouer dans ces amalgames et pitreries de cour d’école. À la place, il s’est vite retrouvé dépassé par des événements qu’il avait contribué à empirer.

Comme à la fin de la crise d’Oka

On peut ne pas aimer Trudeau ou les libéraux, mais ce sont eux qui forment notre gouvernement, démocratiquement élu. Ce n’est pas vrai que quelques centaines de camionneurs ont la « liberté » de foutre le bordel, car ils prétendent avoir le droit de décider qui nous gouverne.

Jusqu’ici, on pouvait comprendre, sympathiser, voire supporter les camionneurs. Mais là, c’est le moment de vérité, comme à la fin de la crise d’Oka. Lorsque, en 1990, le général de Chastelain avait expliqué, dans les tons les plus sobres, qu’au nom de l’État il était exclu qu’il ne remporte pas la bataille, c’était bel et bien fini.

Est-ce que les protestataires d’Ottawa vont comprendre le même message ? De Chastelain était clair. La valse-hésitation de Trudeau ? Elle est tout sauf claire. L’histoire risque de le juger sévèrement.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.