/news/currentevents
Navigation

Un psychologue radié jouait toujours au docteur

Le Collège des médecins veut qu’il paie une amende de 37 000 $

Jean-Pierre Hallé
Photo d'archives, Chantal Poirier Jean-Pierre Hallé à la sortie de son bureau en 2016 avant sa radiation de l’Ordre des psychologues du Québec.

Coup d'oeil sur cet article

Un ex-psychologue déjà radié pour avoir traité des patients au gaz carbonique vient maintenant d’être déclaré coupable de pratique illégale de la médecine après s’être fait piéger par des enquêteurs.

Au début du mois, le juge Sylvain Lépine a reconnu Jean-Pierre Hallé coupable des six chefs d’accusation qui le visaient au palais de justice de Saint-Jérôme.

En septembre 2019, celui-ci qui se proclame « psychophysiologue enseignant » a rencontré deux enquêteurs se faisant passer pour des clients à son bureau de pHexair, à Mirabel. Il leur a alors diagnostiqué des maladies et déterminé des traitements.

« Il a trouvé que j’avais de l’apnée et que quand je respirais, je n’avais pas besoin d’oxygène, mais de dioxyde de carbone, et qu’il traitait bien ça », a témoigné une agente.

Le « spécialiste du souffle », comme il s’est décrit, lui a proposé une rééducation de son souffle afin de rétablir son pH sanguin et suggéré des exercices de respiration.

Au second agent, qui lui disait venir de recevoir un verdict de cancer, Hallé a diagnostiqué une respiration haute et thoracique. Il lui a énuméré des exercices utiles selon lui pour des personnes cancéreuses, tout en alléguant qu’avoir cette maladie marquait un manque d’oxygénation.

Radié depuis 2018

Le tribunal a conclu qu’il a tenu des propos laissant croire qu’il était autorisé à exercer la médecine. 

Or, Hallé n’est pas médecin. Même qu’en 2018, il a été radié de l’Ordre des psychologues du Québec de manière permanente.

Hallé a néanmoins continué de voir et de traiter adultes et enfants anxieux au gaz carbonique (CO2) même si l’Ordre lui avait ordonné d’arrêter cette pratique, qui est interdite depuis 2015.

L’ex-psy déchu se qualifiait d’innovateur et jurait que sa technique fonctionnait.

« Ça fait longtemps qu’ils essaient de toutes sortes de façons de me causer du trouble et m’empêcher de dire ce que j’ai découvert », s’est plaint durant le procès celui qui se représentait seul.

Prévention

Le Collège des médecins s’est dit satisfait de la décision. 

« Nous espérons qu’il sensibilisera les personnes qui seraient tentées de s’en remettre à des non-médecins pour des questions de santé », a commenté sa porte-parole Leslie Labranche.

C’était la première fois que le Collège déposait des accusations contre Hallé, que Le Journal a tenté de joindre, sans succès.

– Avec la collaboration de Christian Plouffe


♦ Le dossier de Jean-Pierre Hallé reviendra devant la Cour le 28 avril pour la peine. Le Collège des médecins a demandé qu’il écope de 37 000 $ d’amendes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.