/news/coronavirus
Navigation

Plus de 22 000 premières doses administrées depuis le 24 janvier

À peine 4 % des Québécois non-vaccinés ont changé d'idée depuis le 24 janvier

Coup d'oeil sur cet article

Le déconfinement graduel du Québec a un effet sur la campagne de vaccination, reconnait le ministre Lionel Carmant, dont la stratégie visant les non-vaccinés a permis d’administrer 22 000 premières doses de plus, depuis le 24 janvier. 

• À lire aussi: COVID-19: fin du masque en classe après la relâche

• À lire aussi: Les erreurs médicales en diminution au Québec

• À lire aussi: Les vaccins intranasaux: la solution pour bloquer la transmission du coronavirus?

«C’est sûr que les assouplissements ont un impact sur le désir des gens d'aller se faire vacciner», a observé le ministre délégué à la Santé, lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale. 

Depuis que le premier ministre lui a confié le mandat de rejoindre l’ensemble des Québécois non vaccinés, plus de 22 000 d’entre eux ont répondu positivement en acceptant de recevoir le vaccin contre la COVID-19. 

Au moment d’annoncer le déploiement de sa stratégie, le ministre Carmant estimait à environ 540 000, le nombre d’adultes non-vaccinés à rejoindre d’ici le 31 mars. 

Tout compte fait, jusqu’à maintenant, à peine 4 % des gens visés se sont laissés convaincre, que ce soit par des équipes mobiles ou lors de la mise en place de cliniques de vaccination éphémères. 

«On ne s'était pas mis de cible, je tiens à vous le rappeler. On s’était dit que chaque vaccin (administré) serait une victoire», a relativisé le Dr Carmant. «Tous les jours, nos chiffres augmentent», a ajouté le ministre, qui refuse de baisser les bras. 

À VOIR AUSSI   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.