/opinion/faitesladifference
Navigation

Violence conjugale: offrir le soutien aux femmes qui veulent fuir est essentiel

panic attacks alone young woman sad fear stressful depressed emotion.crying begging help.stop abusing domestic violence,person with health anxiety,people bad frustrated exhausted feeling down
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Il n’est plus à démontrer que quitter un conjoint violent est non seulement difficile, mais peut également être extrêmement dangereux. Au-delà de la peur de la réaction du partenaire, de nombreux facteurs peuvent amener une femme à ne pas le quitter : ressources financières insuffisantes ou dépendance économique, faible estime d’elle-même, craintes d’être jugée ou reniée par ses proches et sa communauté, lien de dépendance physique et économique pour les femmes en situation de handicap, statut d’immigration lié à celui du conjoint, etc.  

Tous ces éléments contribuent à isoler encore davantage ces femmes, et les privent bien souvent d’une échappatoire à la violence. 

Ainsi, aider les femmes à fuir la violence est loin de se résumer à leur offrir un refuge et des services d’urgence, même si ceux-ci sont primordiaux. La réponse collective à la violence conjugale est plurielle. Elle doit prendre en compte les besoins multidimensionnels des femmes, et plus spécifiquement des femmes en situation de vulnérabilité sociale, qui se situent souvent à la croisée de plusieurs oppressions. Offrir le soutien adéquat à toutes les femmes est essentiel, afin de leur (re)donner les moyens et la capacité d’agir. 

Votre opinion
nous intéresse.

Vous avez une opinion à partager ? Un texte entre 300 et 600 mots que vous aimeriez nous soumettre ?

Ressources communautaires nécessaires

Les femmes victimes de violence conjugale ont besoin de plusieurs ressources du mouvement communautaire dans leur parcours pour sortir d’une relation violente. Cela est vrai pour celles qui reçoivent l’accompagnement des maisons comme pour celles, nombreuses, qui composent au quotidien avec la violence, dans l’ombre et le silence, sans avoir recours aux ressources spécialisées. 

En revanche, toutes demandent à pouvoir bénéficier de différentes formes de soutien : pour se loger, faire valoir leurs droits, obtenir de l’aide alimentaire et des produits de première nécessité, trouver un emploi à la hauteur de leurs compétences, compléter les démarches d’immigration, ou encore briser l’isolement. 

Les organismes aux portes desquelles elles frappent sont autant d’avenues salutaires, qui deviennent une voie de sortie pour leur permettre d’échapper à la violence, à leur rythme. Ici un centre de femmes, où elles rebâtiront leur estime d’elles-mêmes au contact d’autres femmes ; ici un organisme d’aide à l’emploi qui leur permettra d’obtenir un salaire décent, levier essentiel à leur autonomie ; là une maison de jeunes ou un organisme de services jeunesse qui sera une occasion de répit pour les mères et de soutien pour les enfants et les adolescents ; là encore un organisme en santé mentale qui permettra aux femmes de mettre des mots sur des blessures psychologiques causées par la violence. Le lien de confiance qu’elles développent avec les intervenants deviendra, qui sait, la bougie d’allumage pour oser demander de l’aide. Et l’organisme sera là pour les référer vers les ressources spécialisées que sont les maisons d’aide et d’hébergement. 

Une implication indispensable

Chacun de ces soutiens sont précieux car ils contribuent à lever les obstacles, un à la fois. Ils ne feront pas les titres des journaux pour avoir « sauvé » des femmes et leurs enfants, mais ils participent assurément à faire reculer les inégalités socioéconomiques, à assurer le respect des droits et à maintenir la santé et la sécurité de ces femmes. 

Après deux ans de pandémie, qui ont fragilisé encore davantage les femmes, nous avons désespérément besoin de ce filet de sécurité que représente le milieu communautaire. Nous avons besoin qu’il soit reconnu et financé à sa juste valeur. Y renoncer, c’est renoncer à garantir tous les droits. Car « la réalisation d’un droit est intimement liée à celle des autres droits ». Et inversement, « les reculs dans la réalisation d’un droit auront des conséquences négatives pour celle des autres droits », nous rappelle la Ligue des droits et libertés

Nous, travailleuses des maisons d’aide et d’hébergement membres du Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale, tenons à saluer le travail colossal et indispensable de nos partenaires communautaires, aux quatre coins de la province. Le Québec doit beaucoup à l’action communautaire autonome, et nous sommes fières d’y contribuer jour après jour. 

Regroupement des maisons pour femmes victimes de violence conjugale et ses 44 maisons membres :

L’Autre Toit du KRTB

La Débrouille

La Gigogne

Auberge de l'Amitié

La Chambrée

Halte-Secours

La Maison La Montée

Maison des femmes de Québec

Maison pour femmes immigrantes

Le Toit de l'Amitié

Maison La Nacelle

La Bouée Régionale

La Méridienne

Horizon pour Elle

Assistance aux femmes

Maison Secours aux femmes

Maison du Réconfort

Multi-Femmes

Refuge pour les femmes de l'Ouest de l'île

Maison d’hébergement Pour Elles Des Deux Vallées

Maison Unies-Vers-Femmes

Alternative pour elles

Le Nid

Maison d'hébergement L'équinoxe

Maison Mikana

Maison L'Amie d'Elle

Maison des femmes de Baie-Comeau

Autour d’Elles, maison d’aide et d’hébergement

L'Accalmie

Le Havre des femmes

Havre L'Éclaircie

La Gitée

La Jonction pour elle

Maison de Lina

Maison L'Esther

Maison Le Prélude

Maison d'accueil La Traverse

L'Ombre-Elle

La Maison d'Ariane

La Passe-R-Elle des Hautes Laurentides

La Citad’Elle de Lachute

La Clé sur la porte

La Re-Source

Maison Hina

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.