/news/society
Navigation

Accueil de réfugiés ukrainiens: le fédéral doit retirer les visas

Accueil de réfugiés ukrainiens: le fédéral doit retirer les visas
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement fédéral doit enlever temporairement l’obligation d’avoir un visa pour entrer au Canada afin de faciliter l’arrivée des réfugiés ukrainiens, presse un avocat spécialisé en immigration.

• À lire aussi: [EN DIRECT] Invasion russe: deuxième jour de combats en Ukraine

• À lire aussi: Guerre en Ukraine: Poutine appelle l'armée ukrainienne à «prendre le pouvoir» à Kiev

Les Ukrainiens sont plusieurs dizaines de milliers à fuir leur pays, pris d’assaut par la Russie. Le Canada deviendra sans doute une terre d’accueil pour ces nombreux réfugiés. 

Le fédéral a indiqué que les demandes des Ukrainiens qui souhaitent venir ici seraient traitées en urgence, mais c’est insuffisant. 

Pour l’heure, il est nécessaire pour une personne détenant un passeport ukrainien d’obtenir un visa pour entrer au Canada. 

« Il faut enlever l’obligation de détenir un visa pour entrer au Canada. Après, ce que je suggère, c’est de donner des permis de travail pour qu’ils puissent travailler et gagner leur vie », précise Me Maxime Lapointe.

C’est d’ailleurs ce que demande aussi l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI).

« Pas rapport »

Le fédéral a annoncé jeudi des mesures pour traiter les demandes en urgence par le biais d’une ligne téléphonique ou par courriel, avec la mention #ukraine2022 en objet. Une mesure inefficace croit l’avocat.

« Selon moi, ce qui va arriver, c’est que ça va engorger la machine, fait-il valoir. Tu ne peux pas faire travailler des fonctionnaires sur des formulaires dans un pays en guerre, ça n’a pas rapport. »

Plus tôt cette semaine, le premier ministre du Québec, François Legault, a indiqué vouloir apporter sa contribution pour accueillir des réfugiés. 

« Si le Québec veut participer, il pourrait émettre rapidement et facilement des certificats de sélections ou d’acceptation du Québec, pour avoir des services, comme l’assurance maladie (RAMQ) », fait valoir Me Lapointe. 

Une main tendue

Par ailleurs, des élus de la région ont tenu à exprimer leur solidarité au peuple ukrainien et à leur tendre la main.

« On est ouverts pour de l’aide et ouverts pour accueillir des Ukrainiens », confirme Geneviève Guilbault, vice-première ministre du Québec.

Le ministre fédéral de la Santé, Jean-Yves Duclos, a également manifesté l’ouverture de son gouvernement à les accueillir. Il a évoqué deux volets en guise d’invitation, soit par le regroupement familial, ou par l’accueil de réfugiés.

Pour sa part, le maire de Québec, Bruno Marchand, a lui aussi manifesté sa solidarité envers le peuple ukrainien, et a demandé aux citoyens de Québec « de faire la part des choses » en restant respectueux envers la communauté russe. 

— Avec la collaboration de Stéphanie Martin

À voir aussi   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.