/news/education
Navigation

De la survie en plein air à l'école

Coup d'oeil sur cet article

L’aventurier Frédéric Dion s’était lancé un autre défi ce vendredi, celui d’initier des jeunes de 6e année à la survie hivernale.

Des jeunes du primaire ont ainsi bravé le froid pour cette activité peu banale. Pêcher du poisson sur un lac gelé, démarrer un feu à partir de rien et y faire cuire son repas, s’orienter à l’aide d’une boussole... les jeunes ont eu une journée bien remplie.

Un défi de taille qui prendra plusieurs tentatives et beaucoup de persévérance.

«C’est le fun allumer un feu avec nos amis», a lancé le jeune Matias, l’œil pétillant.

«[Il n’y] a pas toujours des adultes à côté de nous !», a souligné Lily-Ann, qui elle, a surmonté ses peurs. 

«J’ai été bonne pour prendre le poisson. Et goûter au poisson !»

À regarder son groupe si heureux, l’enseignante était tout aussi fébrile. «Je vois de l’émerveillement, de la fierté aussi. J’entends des élèves dire “je suis fier, Mme Karine, j’ai été capable de partir mon feu”.»

Avec à son actif des expéditions toutes plus invraisemblables les unes que les autres, Frédéric Dion était la personne tout indiquée pour superviser l’activité.

«Le but, c’est de leur faire reprendre le contact avec ce que c’est que de prendre un poisson dans la nature, faire ton feu, le faire cuire. Pas juste une croquette de poisson et on ne sait pas d’où ça vient. Là, ils l’ont pêché leur poisson», a-t-il avancé.

Une activité agréable, mais qui a aussi son penchant pédagogique.

«Les élèves ont consolidé des notions qu’on a apprises sur la survie, mais aussi en éthique», a expliqué Mme Moreau. «Par exemple, la collaboration, travailler en équipe, écouter le point de vue des autres, donner son point de vue.»

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.