/finance/business
Navigation

L’Aluminerie Alouette toujours paralysée par une cyberattaque depuis 4 jours

Coup d'oeil sur cet article

L'Aluminerie Alouette confirme que la panne majeure de ses systèmes informatiques est liée à l'intrusion d'un tiers non autorisé.

• À lire aussi: Cyberattaque: l’usine de pneus Bridgestone de Joliette forcée à l'arrêt complet

La panne touche toujours l'aluminerie, quatre jours après la cyberattaque. 

Dans un communiqué émis en fin d’avant-midi, Alouette indique que ses équipes travaillent toujours à remettre sur pied ces systèmes informatiques. 

Les courriels et les systèmes téléphoniques ne sont toujours pas fonctionnels. 

La direction de la plus importante usine de production d’aluminium en Amérique n’indique pas si la production d’aluminium a été affectée, mais précise que les activités se poursuivent de façon sécuritaire. 

Selon le spécialiste en cybersécurité Alexis Dorais-Joncas, directeur du bureau montréalais de R&D d’ESET, il est normal que plusieurs jours soient nécessaires pour se relever d’une telle panne. 

«Le communiqué est encourageant, ils sont en train de se relever de l’attaque. Ça arrive rarement qu’on se relève d’une telle attaque en quelques heures ou quelques jours. Il semble encore y avoir du pain sur la planche.» 

Selon Alexis Dorais-Joncas il est très probable que la cyberattaque d’Alouette de même que celle qui affecte l’usine de pneus Bridgestone de Joliette depuis dimanche, était un rançongiciel, c’est-à-dire, une attaque visant à obtenir une rançon. 

Selon ses observations, aucune cyberattaque liée au conflit en Ukraine n’a jusqu’ici été identifiée à l’extérieur de l’Ukraine 

«Chez Alouette, chez Bridgestone, je m’attends à ce que le gouvernement fasse partie de l’enquête. S’il était déterminé qu’effectivement, il y a un lien, que les tactiques utilisées en Ukraine auraient été utilisées ailleurs, que les logiciels malveillants qu’on a découverts en Ukraine étaient aussi utilisés ailleurs, ça changerait la donne pour le futur. C’est à ce niveau qu’il faut être très très rapide pour réagir.» 

La direction d’Alouette n’accorde pas d’entrevue et indique qu’une enquête est en cours. Si cette dernière démontrait un enjeu particulier, «les gens concernés en seraient informés» indique le communiqué de presse.  

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.