/investigations/truth
Navigation

Il exagère le poids des cégeps anglos

POL-SOUPER-GALA DES PATRIOTES
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Débusquer les fausses nouvelles, vérifier les déclarations des politiciens, trouver les vrais chiffres : notre Bureau d’enquête, basé à Montréal, Québec et Ottawa, se spécialise dans l’art de rétablir les faits. Chaque samedi, nos journalistes et recherchistes vous présentent leurs trouvailles pour vous permettre d’y voir plus clair dans l’actualité de la semaine.


L'ÉNONCÉ 

Dans une entrevue à QUB Radio, lundi, le président du Mouvement Québec français (MQF) a déploré la place grandissante qu’occupe l’anglais dans les études collégiales, notamment à Montréal. « Les cégeps anglais attirent désormais plus de 50 % – je parle dans l’île de Montréal – de la clientèle étudiante collégiale », a dit Maxime Laporte, en entrevue avec Sophie Durocher.

LES FAITS

M. Laporte exagère la population des cégeps anglophones sur l’île de Montréal. 

Selon une compilation à partir de données du ministère de l’Éducation, les étudiants qui fréquentent des cégeps publics et privés subventionnés en anglais représentent environ 38 % de la population étudiante, et non pas une majorité.

Invité à s’expliquer, le MQF a précisé que M. Laporte s’est fié à une « estimation » basée sur « des projections » et qu’elle concernait uniquement le milieu préuniversitaire. L’organisme a aussi dit que pour calculer l’attraction des cégeps anglophones, il faut considérer le nombre d’applications, et non pas seulement se fier au nombre d’admissions. 

Cela étant dit, il est vrai que la proportion de francophones fréquentant un cégep public en anglais est en hausse au Québec ; elle est passée de 4,8 % à 6,3 % dans la dernière décennie. La proportion d’anglophones et d’allophones qui étudient dans un cégep francophone public a aussi augmenté pendant la même période, soit de 2,7 % et de 6,7 %, respectivement.

Pascal Dugas Bourdon

 

Le chiffre de la semaine : 17 754 255 

C’est le nombre de tweets, retweets et réponses en français et en anglais publiés le 24 février sur la guerre en Ukraine. 

À titre de comparaison, lors de la cérémonie d’investiture de Donald Trump qui avait enflammé les réseaux sociaux le 20 janvier 2017, 12 millions de tweets avaient été publiés.

Charles Mathieu

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.