/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Triste sort pour des centaines de milliers d’enfants

Le bilan des jeunes tués s’alourdit chaque jour alors que plusieurs tentent toujours de fuir leur pays

TOPSHOT-UKRAINE-RUSSIA-CONFLICT
Photo AFP Un militaire ukrainien transporte un enfant tout en aidant les gens à traverser un pont détruit, alors qu’ils évacuent la ville d’Irpin, au nord-ouest de Kyïv.

Coup d'oeil sur cet article

Le nombre d’enfants tués en Ukraine ne cesse d’augmenter, alors que des centaines de milliers se sauvent sans savoir ou comprendre ce que deviendra leur vie et si papa en fera partie.  

• À lire aussi: Ukraine: la situation est «catastrophique» à Marioupol

• À lire aussi: Le Canada n’en fait pas assez pour accueillir les réfugiés ukrainiens, croit un ex-ministre

• À lire aussi: La guerre pourrait nous mener à ces 5 scénarios

Bien que le président russe Vladimir Poutine avait assuré que les civils seraient épargnés, on compte désormais officiellement 22 enfants morts et 36 qui ont été blessés en Ukraine jusqu’ici. 

C’est ce qu’a indiqué le plus récent rapport de l’ONU. 

Les autorités ukrainiennes affirment de leur côté que le bilan fait état de 35 enfants tués en seulement 10 jours. 

Cette photo montre un père portant son bébé de 18 mois blessé accourir dans un hôpital de Mariupol pour qu’il soit soigné. La mère les suit quelques pas derrière. Le petit Kirill ne survivra malheureusement pas à ses blessures.
Photo AP
Cette photo montre un père portant son bébé de 18 mois blessé accourir dans un hôpital de Mariupol pour qu’il soit soigné. La mère les suit quelques pas derrière. Le petit Kirill ne survivra malheureusement pas à ses blessures.

Mais le véritable bilan serait bien pire. 

« Le Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l’homme estime que les chiffres réels sont considérablement plus élevés, en particulier dans le territoire contrôlé par le gouvernement [russe] », peut-on lire dans le document publié hier. 

Selon l’organisation, les hostilités actuelles dans certaines régions empêchent d’obtenir et de vérifier des informations concernant des victimes potentielles. 

Jeunes victimes

C’est une fillette âgée de neuf ou dix ans, Polina, qui a été identifiée comme étant la première enfant victime du conflit. L’élève du primaire a été abattue avec ses parents dans leur voiture par un groupe russe, alors qu’ils tentaient de fuir Kyïv, la capitale du pays. Son petit frère, blessé lors de l’attaque, a succombé à ses blessures quelques jours plus tard.

Rester

Pour les milliers d’Ukrainiens qui n’ont d’autres choix que de rester, la seule solution est de se cacher, comme c’est le cas pour des dizaines d’enfants qui doivent se terrer dans les couloirs sous-terrain des hôpitaux pour se protéger des attaques. 

La chaîne d’information américaine CNN a suivi douze enfants en phase terminale alors qu’ils sont transportés loin de la ville de Kharkiv, presque entièrement détruite, dans un train aménagé pour les soigner.
Capture d’écran tirée de CNN
La chaîne d’information américaine CNN a suivi douze enfants en phase terminale alors qu’ils sont transportés loin de la ville de Kharkiv, presque entièrement détruite, dans un train aménagé pour les soigner.

Au début de l’offensive russe, les images d’une douzaine de bébés prématurés soignés aux soins intensifs de l’hôpital de Dnipro avaient fait le tour du monde. Les nourrissons avaient dû être sortis de leur couveuse pour trouver refuge dans un bunker. 

Des parents et leurs enfants, patients de l’hôpital central pour enfants de Kyïv, récupèrent leurs effets personnels avant leur évacuation vers la Pologne et l’Allemagne.
Photo AFP
Des parents et leurs enfants, patients de l’hôpital central pour enfants de Kyïv, récupèrent leurs effets personnels avant leur évacuation vers la Pologne et l’Allemagne.

En banlieue de Kyïv, Yana Rogachova et ses deux filles de 14 et 19 ans qui se cachent chez une amie prient pour se réveiller le lendemain, alors qu’elles entendent les sirènes qui annoncent des bombardements. 

« On ne sait pas à quoi s’attendre cette nuit encore. On ne sait pas comment se portent nos amis. Est-ce qu’on va perdre notre maison ? Est-ce qu’on va devoir partir ? » se questionne la plus jeune des filles de Mme Rogachova, Anastacia, lors d’un appel avec Le Journal.

De son côté, Natalia Spirina, qui se trouve à Poltava avec son mari et sa fille de 13 ans, Yeva, pense que cette dernière n’imagine pas l’ampleur de la situation. 

« Ma fille est consciente qu’il y a la guerre et ce que ça implique [car] son prof d’art a été tué alors qu’il défendait la région. Mais comme ma ville est relativement éloignée des bombardements [ma fille] ne comprend pas encore à quel point c’est un spectacle inhumain », explique-t-elle par téléphone. 

Fuir

À l’instar de plus de 1,2 million de réfugiés ukrainiens, cette femme et son jeune enfant ont traversé la frontière avec la Pologne pour y trouver refuge.
Photo AFP
À l’instar de plus de 1,2 million de réfugiés ukrainiens, cette femme et son jeune enfant ont traversé la frontière avec la Pologne pour y trouver refuge.

Pour fuir la mort, plus de 1,2 million d’Ukrainiens tentent de quitter leur pays depuis moins de deux semaines. Près de la moitié sont des enfants, déplore le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF), et certains sont hospitalisés. 

Alina Marymonchyk, une Ukrainienne qui manifestait hier devant le parlement de Québec, craint pour la sécurité de sa famille. 

Sa mère et son petit frère tentent actuellement de rejoindre la Pologne, alors que son beau-père a pris les armes pour défendre son pays. 

« Mon petit frère de cinq ans a dû dire au revoir à son père. Il ne réalise pas que c’était probablement pour la dernière fois, ça me brise le cœur. Il n’a pas conscience de ce qu’il se passe, mais il ressent que ce n’est pas normal », laisse-t-elle tomber. 

Le vrai visage de la guerre 

Certaines photos que nous publions aujourd’hui dans Le Journal sont particulièrement dures et difficiles à regarder. Nous en sommes bien conscients, mais nous avons décidé de les publier afin de montrer toute l’horreur et la violence d’une guerre. Nous considérons que c’est notre rôle de montrer la réalité que vit la population de l’Ukraine, même si elle est choquante. La très grande partie de nos lecteurs sont des adultes et sont bien informés. Nous recommandons tout de même aux parents de ne pas laisser leurs enfants les regarder seuls et sans explications.

Dany Doucet

Rédacteur en chef

À voir aussi

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.