/news/green
Navigation

Saguenay veut d'une aire protégée pour sécuriser sa réserve d'eau potable

Coup d'oeil sur cet article

La Ville de Saguenay fait pression sur Québec pour obtenir une aire protégée au sud du lac Kénogami, dans l’espoir de protéger la qualité de l’eau potable qui se déverse du lac vers la rivière Saguenay. 

Les élus municipaux ont débattu de cet enjeu, lundi midi, sous l’œil attentif d’une vingtaine de citoyens du quartier de Lac-Kénogami qui avaient déployé leurs pancartes et une banderole afin de réclamer une meilleure protection du lac.

Le conseiller du secteur, Jimmy Bouchard, a proposé que Québec suspende toute nouvelle coupe forestière dans l’aire protégée projetée au sud du lac et qu'elle statue sur l’avenir de cette aire par souci de la qualité de l'eau potable.

Par contre, le conseiller Michel Potvin a suggéré que le vote soit reporté d'une semaine, car il a soulevé une inquiétude.

«Si la décision est dans 10 ans, ça peut arriver. Personne ne le sait. Et il arrive encore un élément de tordeuse et il faut bûcher. On va être pris avec cette résolution-là», a affirmé M. Potvin.

«Quatre-vingts pour cent de ce qu’on parle est dans la MRC-du-Fjord. Ce n'est même pas sur le territoire de la Ville de Saguenay. Donc, on implique la MRC-du-Fjord avec nous autres là-dedans. Ça, c'est au moins questionnable», a-t-il ajouté.

Un citoyen dans la salle n'a pas aimé les commentaires de l’élu et l’a hué quand Michel Potvin s’est demandé si l’eau potable était un problème. La mairesse Julie Dufour est intervenue pour mentionner au citoyen que le respect était non négociable au conseil.

Mais, pour Jimmy Bouchard, la préoccupation de la qualité de l’eau est réelle.

«Si la qualité d'eau potable de notre réserve est affectée, au final, ça aura des répercussions dans les poches de nos citoyens, a fait valoir M. Bouchard. C'est à eux [les gens du ministère] de décider. C'est leur juridiction. Ce n'est pas la nôtre. Mais on a un intérêt certain et cet intérêt, c'est l'eau potable.»

Saguenay avait déjà appuyé la création de cette aire protégée en 2014.

Le report du vote a été rejeté. La proposition a été entérinée à huit contre six, ce qui a été applaudi par les citoyens dans la salle, dont le président de l’Association pour la protection du lac Kénogami (APLK), Michel Bergeron.

«Il faut prendre une décision parce que dans 25 ans, il va être trop tard. Il va falloir se gratter la tête pour chercher de l'eau.»

Après la séance du conseil, Jimmy Bouchard a rappelé que ce vote ne voulait pas dire que Saguenay était contre l’industrie forestière, mais qu’il s’agissait d’une précaution quant à l’eau potable.

«Au niveau du bassin versant de la principale réserve d'eau potable de Saguenay, je pense qu'il faut y aller avec parcimonie.»

Il a ajouté que Saguenay travaillait sur un plan de match concernant la réserve globale du lac-réservoir Kénogami.

Présidence de la STS   

Par ailleurs, Claude Bouchard a été nommé à titre de nouveau président de la Société de transport du Saguenay (STS).

Il remplace Jean-Marc Crevier, qui a quitté ses fonctions pour des raisons médicales.

Le nouveau président se dit prêt à relever le défi après le rapport sévère de la Vérificatrice générale de Saguenay sur le manque d'orientation à la STS.

Le conseil municipal a adopté cinq règlements totalisant jusqu'à 47 millions $, notamment pour que la STS fasse l'acquisition d'autobus hybrides et électriques subventionnés par Québec.

C'était le retour du conseil municipal le midi. Une trentaine de citoyens étaient présents. Ces séances auront lieu à cette heure pendant six mois dans le cadre d'un projet pilote.

En conséquence, pour les mois prochains, le conseil aura lieu le mardi midi afin de permettre aux élus de se réunir en plénière le lundi.

Saguenay mènera aussi un sondage en ligne auprès de ses citoyens, pour savoir s'ils préfèrent que les séances soient tenues à midi ou à 19h.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.