/sports/tennis
Navigation

Indian Wells: la guerre entre la Russie et l'Ukraine se poursuit sur le court

Le prestigieux tournoi de tennis d’Indian Wells s’ouvre sur fond de guerre en Ukraine

MTS-SPO-TEN-WTA-BNP-PARIBAS-OPEN---DAY-1
Photo AFP Le numéro un mondial, le Russe Daniil Medvedev, s’est entraîné lundi en vue du tournoi d’Indian Wells, en Californie.

Coup d'oeil sur cet article

Le tournoi d’Indian Wells sera lancé mercredi avec l’entrée en scène des femmes. Plus prestigieuse épreuve du tennis professionnel après les quatre tournois du Grand Chelem, elle est aussi l’un des premiers événements d’envergure planétaire à accueillir des Russes et des Biélorusses depuis l’invasion de l’Ukraine. 

• À lire aussi: Indian Wells: Djokovic pourrait être présent

• À lire aussi: Indian Wells: Félix et Leylah arrivent en forme

• À lire aussi: Indian Wells : Pospisil se rapproche du tableau principal

Car, oui, au contraire des Jeux paralympiques de Pékin desquels ils ont été bannis in extremis la semaine passée, les athlètes des deux nations belligérantes ont pu continuer leurs activités au sein de l’ATP et de la WTA. 

Ils seront possiblement 11 Russes (l’une était toujours en qualifications mardi soir) et quatre Biélorusses à rêver aux grands honneurs en Californie, mais ils disputeront leurs matchs sous un drapeau neutre. Aucune référence à leur nationalité ne sera faite durant le tournoi, comme l’ont décidé les instances du tennis masculin et féminin. 

La Fédération internationale de natation (FINA) a suivi ce même modèle mardi, annonçant que les athlètes des deux pays pourront continuer à participer à ses épreuves, mais sans allusion à leur provenance.  

À Indian Wells, Russes et Biélorusses compétitionneront aux côtés de trois Ukrainiens, peut-être quatre si Ilya Marchenko obtient son billet pour le grand tableau.

Parmi eux se trouvent Elina Svitolina, 12e favorite, et Dayana Yastremska, récente finaliste à Lyon. Ces deux joueuses portent sur leurs épaules la douleur de leur pays depuis l’éclatement des combats. 

Svitolina, ex-top 3 mondiale, a d’abord refusé d’affronter la Russe Anastasia Potapova à Monterrey, au Mexique, même si elle affirmait qu’elle ne blâmait pas les joueurs russes et biélorusses pour l’invasion de son pays.

L’Ukrainienne a ensuite annulé sa décision quand la WTA a annoncé que son adversaire disputerait le match sous bannière neutre, à l’instar de tous ses compatriotes pour les prochains tournois.  

Dons à l’armée 

La joueuse de 27 ans, originaire d’Odessa, une ville portuaire au sud du pays, a aussi annoncé qu’elle remettrait tous les gains de ses prochaines compétitions à son armée.

Quant à la jeune Yastremska, aussi d’Odessa, elle s’est présentée en France après avoir fui l’Ukraine par bateau aux côtés de sa cadette Ivanna. 

La 103e raquette mondiale était demeurée auprès de ses parents durant les premiers jours de la guerre, mais ceux-ci l’ont exhortée à quitter la maison, pour sa sécurité. 

Profitant d’une invitation des organisateurs de l’événement de Lyon, elle a surmonté son inquiétude pour se hisser en finale. 

« J’ai joué pour moi-même et pour mon pays. J’avais beaucoup d’émotion et j’étais très fatiguée après avoir gagné des matchs difficiles », a déclaré l’athlète de 21 ans après la rencontre ultime. 

Pour la paix 

Au sein du fort contingent russe et biélorusse présent en Californie, quelques joueurs d’envergure ont pris position contre la guerre dans les derniers jours. 

Le Russe Andrey Rublev, septième favori, a dit dès le début des assauts être contre la guerre en Ukraine et souhaiter « la paix dans le monde ». Après sa demi-finale à Dubaï, tournoi qu’il allait éventuellement remporter, il a signé la lentille d’une caméra des mots « pas de guerre svp ». 

La Biélorusse Victoria Azarenka a déploré le conflit armé sur ses réseaux sociaux, affirmant qu’elle avait toujours considéré que la Biélorussie et l’Ukraine étaient des « nations amies ». 

Mais à Indian Wells, les yeux seront surtout tournés vers Daniil Medvedev, nouveau numéro un mondial. Le Russe de 26 ans a aussi affirmé souhaiter « la paix entre tous les pays, pour tous les enfants dans le monde [...] qui ont tous leurs rêves ». 

Foule et matchs tendus 

Ce plaidoyer en faveur de la fin des combats sera-t-il suffisant pour leur éviter les foudres du public, la foule américaine n’ayant pas la réputation d’être toujours douce envers les athlètes, même dans des circonstances moins dramatiques ?

Quelque 83 000 Californiens sont d’origine ukrainienne. Mais l’État compte surtout sur une grande diaspora russe. Leur nombre est estimé à 1,1 million. 

Dans d’autres sports, comme au hockey, certains athlètes originaires de Russie disent avoir reçu nombre des menaces sur le web. Alex Ovechkin, capitaine des Capitals de Washington, et son entourage bénéficient d’ailleurs d’une « sécurité renforcée » depuis une semaine. 

« Les gens veulent s’en prendre [aux joueurs russes] et à leurs familles. La situation est difficile », a récemment dit à ce sujet Brian MacLellan, le directeur général des Capitals. 

Au-delà de la foule, le tournoi pourrait donner droit à des affrontements tendus entre des représentants des deux pays. Même si, pour l’instant, les joueurs de tennis russes sondés se sont tous dit pour la paix. 

Controverse en gymnastique 

Ce qui n’est pas le cas dans tous les sports : à la Coupe du monde de gymnastique artistique de Doha, au Qatar, le Russe Ivan Kuliak est grimpé sur la troisième marche du podium en arborant sur son uniforme la lettre « Z », signe de soutien envers l’invasion russe. 

Un geste d’autant plus controversé que le vainqueur était... l’Ukrainien Illia Kovtun. 


Frappé de sanctions et de bannissements de toutes parts, le sport russe commence sa réplique. Il a été annoncé mardi que la fédération de soccer du pays avait fait appel de sa suspension des compétitions de la FIFA, qui inclut les qualifications pour la prochaine Coupe du monde.

15 ATHLÈTES SOUS DRAPEAU NEUTRE  

RUSSIE

Femmes

Ekaterina Alexandrova

Anastasia Gasanova*

Daria Kasatkina (23e tête de série)

Veronika Kudermetova (21e)

Anastasia Potapova

Liudmila Samsonova (28e)

Vera Zvonareva

Hommes

Aslan Karatsev (22e)

Karen Khachanov (25e)

Daniil Medvedev (1er)

Andrey Rublev (7e)

BIÉLORUSSIE

Femmes

Victoria Azarenka (13e)

Aryna Sabalenka (2e)

Aliaksandra Sasnovich

Homme

Ilya Ivashka

4 JOUEURS DE L’UKRAINE  

Femmes

Elina Svitolina

Dayana Yastremska

Anhelina Kalinina

Homme

Illya Marchenko*

 * S’ils se qualifient

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.