/news/currentevents
Navigation

Domaine Floribell: des campeurs attendent des réponses

Coup d'oeil sur cet article

La relation semble tendue entre les campeurs et la propriétaire du Domaine Floribell, à Saint-Élie-de-Caxton, en Mauricie, puisque des rumeurs portent à croire qu’il n’y aura pas de saison 2022 au terrain de camping. 

Certains saisonniers refusent donc de payer leur espace pour l’été.

C’est l’un des campeurs qui a informé TVA Nouvelles des inquiétudes partagées par quelques dizaines d’entre eux. Ils craignent que le Domaine Floribell ne soit pas en mesure d’opérer le terrain de camping cet été.

Un constructeur a réclamé 1,2 million $ à la propriétaire, Lyne Sénécal-Chartier, pour des travaux qui n’ont pas été payés par celle-ci, selon un document de la Cour supérieure du Québec.

Pour réparer les dommages, l’entrepreneur a quatre options, dont celles de se faire déclarer propriétaire de l’établissement ou de demander à la cour d’autoriser la vente par un huissier ou un notaire.

«Disons qu’il veuille un million, puis l’immeuble a été vendu 500 000 $, donc il reste encore 500 000 $ à collecter. L’emprunteur devient personnellement responsable du solde qu’il reste à payer», a précisé le syndic autorisé en insolvabilité de Roy Métivier Roberge, Éric Métivier, dans le cas d’une vente sous contrôle de justice.

Domaine Floribell pourrait perdre ses deux secteurs d’activité, dont le camping. Il y a quand même une multitude de facteurs qui détermineront quelle sera la suite pour l’entreprise.

«Si les deux secteurs d’activités constituent deux divisions d’opération à l’intérieur de la même compagnie, les dettes de cette compagnie-là s’appliquent autant dans la division un que dans la division deux», a ajouté M. Métivier.

Les campeurs ont soutenu que leur inquiétude est fondée, même si des échanges de courriels avec l’équipe du Domaine Floribell les assurent que les rumeurs sont fausses.

Dans un message envoyé aux campeurs, il leur est demandé de faire le paiement pour la saison 2022 qui approche à grands pas. Malgré cela, certains hésitent.

«On ne sait pas ce qui va arriver vraiment avec notre argent», a confié l’un des campeurs, Stéphane Robichaud.

«Il y a beaucoup de gens qui veulent attendre de voir qu’est-ce qui va en être vraiment avant de donner des sous. J’ai fait le dépôt de 700 $ pour l’hiver, mais si jamais il arrive quelque chose et que la saison ne part pas, il va arriver quoi?», s’est-il questionné.

L’équipe a rappelé aux campeurs que l’entreprise a des obligations de paiements, en plus d’avoir investi plusieurs milliers de dollars pour les services d’électricité.

Une avocate représentant la propriétaire a fait parvenir une lettre aux campeurs le 8 mars dernier, stipulant que le contrat est toujours en vigueur et qu’ils doivent le respecter pour garantir leur place.

Après plusieurs tentatives, Mme Sénécal-Chartier a décliné toutes les demandes d’entrevue de TVA Nouvelles et ne souhaite pas commenter le dossier.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.