/misc
Navigation

Nos lacs ne sont pas des poubelles!

Coup d'oeil sur cet article

Alors que nos yeux sont rivés sur l’Ukraine, le gouvernement caquiste vient d’autoriser en catimini le déversement de déchets miniers dans huit lacs et de multiples cours d’eau totalisant 151 hectares, près de Fermont, sur la Côte-Nord.

Ces précieux écosystèmes en terre publique nous appartiennent à tous. Et voilà que notre gouvernement permet à une entreprise de les détruire impunément.

Au total, 1,28 milliard de tonnes de déchets miniers seront produites sur environ 20 ans. C’est l’équivalent en volume de 30 millions de camions 12 roues chargés à bloc. Pare-chocs à pare-chocs, ils feraient neuf fois le tour de la Terre !

La mine du Lac-Bloom est propriété de Minerai de fer Québec qui appartient en fait à l’australienne Champion Iron qui a été généreusement subventionnée par le gouvernement du Québec.

Une insulte à notre intelligence

Le ministre de l’Énergie et des Ressources naturelles, Jonatan Julien, a le culot d’en parler comme du développement durable. Il nous prend vraiment pour des imbéciles !

Il s’agit d’un projet purement économique, comme on en faisait dans les années 1950, sans considération pour les prochaines générations. Sans tenir compte des sciences de l’environnement.

Voilà pourquoi le BAPE a refusé le projet, recommandant que des solutions de rechange soient examinées.

Comme tant d’autres mines au Québec et ailleurs, après extraction du métal, la compagnie pourrait remblayer ses déchets miniers dans les fosses à ciel ouvert qu’elle a elle-même creusées.

Selon Ugo Lapointe de la Coalition Québec meilleure mine, les solutions de rechange coûteraient moins de 10 % des revenus anticipés par l’entreprise, laquelle vient d’enregistrer des profits records.

Le défi n’est donc pas technique. C’est un choix économique et politique.

L’entreprise préfère maximiser ses profits plutôt que de limiter la taille de son empreinte écologique. Le plus scandaleux est qu’elle le fait avec la complicité de notre gouvernement aux frais de nos enfants !

Une fois de plus, on privatise les profits et on socialise les coûts. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.