/opinion/columnists
Navigation

La Russie dans le déni

Coup d'oeil sur cet article

« Un pays qui vit dans le déni », titrait Le Journal cette semaine à propos du fait que bien des gens, en Russie, persistent à croire que la guerre en Ukraine n’existe pas et qu’il s’agit d’une mise en scène.

Vue de notre regard d’Occidentaux, cette situation surprend. De l’étranger, on suit en direct les horreurs se déroulant en Ukraine, grâce à Internet. 

Mais il ne faut pas sous-estimer le pouvoir de la machine de propagande de Poutine, qui étend ses tentacules depuis 1999, explique Aurélie Campana, professeure au Département de science politique de l’Université Laval.  

Assez récent 

Cette spécialiste de la Russie postsoviétique et de politique intérieure et extérieure russe rappelle qu’Internet n’a vraiment pénétré la totalité des régions russes qu’au tournant des années 2000.  

« Il y a toute une tradition qui date de l’Union soviétique, de communication de l’information qui vient des journaux papier et de la télévision, surtout, souligne Mme Campana. Et dans les coins les plus reculés de la Russie, oui, il y a Internet et les médias sociaux, mais il n’y avait pas de réflexe d’aller sur Twitter ou Facebook. »  

Sur les versions russes de ces médias sociaux, plus fréquentées, toute une propagande d’État est implantée.  

Médias verrouillés 

Puis, à l’oppression de la société civile indépendante, des organismes qui défendaient les droits de la personne et de tout opposant au régime s’ajoute un verrouillage très serré des médias.  

Ces médias appartiennent à des oligarques, proches du pouvoir, qui se sont enrichis sur les ruines de l’Union soviétique. Quant au seul petit espace pour les indépendants, il s’est complètement refermé il y a quelques semaines. 

« Donc, à partir de là, il y a une uniformité dans le discours, expose Mme Campana. Et ce qui marche auprès de l’opinion publique russe, parce que ç’a marché pendant 70 ans en Union soviétique, c’est le rejet de l’Occident. »  

La propagande n’a définitivement pas terminé ses ravages.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.