/news/currentevents
Navigation

Cour supérieure de l’Ontario: Maxime Bernier doit verser 132 000 $ à Warren Kinsella

Cour supérieure de l’Ontario: Maxime Bernier doit verser 132 000 $ à Warren Kinsella
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La Cour supérieure de l’Ontario a condamné Maxime Bernier à payer 132 000 $ en frais judiciaires à la firme de relations publiques Daisy Group et à son président Warren Kinsella, qu’il accusait de s’être adonné à de la diffamation pendant les élections fédérales de 2019.

• À lire aussi: Vivement le retour de Jean Charest

Un associé de M. Bernier a confirmé qu’il ne porterait pas la décision en appel. 

Le Daisy Group avait été engagé par le Parti conservateur du Canada (PCC) pour faire dérailler la campagne de Maxime Bernier, alors chef du tout nouveau Parti populaire du Canada (PPC), à travers une campagne secrète de salissage du nom de «Project Cactus». 

À l’aide de documents internes au Daisy Group et à des sources à l’intérieur du PCC, la «CBC» et le «Globe & Mail» ont confirmé la collaboration entre les deux entités durant les mois précédant le déclenchement des élections générales. 

M. Bernier, qui était passé à un cheveu de remporter la course à la chefferie conservatrice contre son concurrent principal Andrew Scheer en 2018, avait claqué la porte de son parti pour fonder le PPC quelques mois plus tard. 

En 2019, M. Bernier a décidé de poursuivre en diffamation le Daisy Group et son fondateur Warren Kinsella, qui le décrivaient, lui et les membres de son parti, comme des promoteurs de «racisme», d’«antisémitisme» et d’une rhétorique «anti-LGBTQ». 

La requête en diffamation a toutefois été rejetée en novembre 2021 par un juge de la Cour supérieure de l’Ontario, qui estimait notamment que le droit de critiquer librement des figures politiques primait sur le droit de M. Bernier de ne pas subir de tort à sa réputation. 

Le juge Calum MacLeod considérait par ailleurs que la requête de Maxime Bernier constituait une poursuite-bâillon, c’est-à-dire une poursuite visant à brimer le droit d'une personne à s’exprimer librement. 

C’est sur cet argumentaire que le juge MacLeod a donné raison, lundi, au Daisy Group, qui réclamait 137 000 $ en frais juridiques à M. Bernier. Le juge a abaissé le montant de la réclamation à 132 000 $. 

Maxime Bernier réclamait 325 000 $ en dommages lors de sa poursuite contre Daisy Group.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.