/news/currentevents
Navigation

Ciblé par erreur, il demande aux criminels d'être plus rigoureux

La porte d’entrée de la résidence d’un quinquagénaire de Saint-Philippe en Montérégie a reçu deux projectiles d’arme à feu dans la nuit du 4 mars dernier.
Photo Jonathan Tremblay La porte d’entrée de la résidence d’un quinquagénaire de Saint-Philippe en Montérégie a reçu deux projectiles d’arme à feu dans la nuit du 4 mars dernier.

Coup d'oeil sur cet article

Un homme de la Montérégie dont la résidence a été la cible de coups de feu à cause d’une erreur sur la personne supplie le monde interlope de faire ses recherches avant de régler des comptes.

« Je comprends que les criminels ont des comptes à régler, mais tabar***k, vérifiez de pas vous tromper de personne », lance celui qui préfère taire son identité.

Le quinquagénaire se dit encore très ébranlé par les évènements qui sont survenus chez lui, le 4 mars dernier.

Cette nuit-là, peu après minuit, celui-ci venait de quitter le rez-de-chaussée de son jumelé de la rue Stéphane à Saint-Philippe.

Tout à coup, il a entendu un bruit strident. En se retournant, il a constaté que la vitre de sa porte-fenêtre arrière avait éclaté.

Il a d’abord pensé qu’elle s’était brisée en raison du grand froid. Mais en analysant les lieux, il a découvert deux trous dans sa porte d’entrée, qui se sont avérés être des impacts de projectiles d’arme à feu.

« Une balle a traversé la maison. Ils m’ont raté de quelques secondes. J’ai passé à un poil de mourir », a-t-il laissé tomber.

Sachant qu’il n’avait rien à se reprocher, le superviseur de manufacture a immédiatement alerté les autorités.

  • Écoutez la chronique de Félix Séguin au micro de Richard Martineau sur QUB radio : 

Mauvaise cible

Après avoir fait enquête, le département des crimes majeurs de la Sûreté du Québec a conclu à une « erreur sur la résidence touchée et ses occupants, puisqu’ils n’étaient pas la cible du ou des suspects ».

« La police m’a dit avoir passé le message au “milieu” que je n’avais rien à voir là-dedans, car je voulais savoir comment elle allait assurer ma sécurité », a dit l’homme qui habite seul avec son fils dans cette résidence depuis l’automne seulement.

« S’ils veulent s’entretuer, ça ne m’intéresse pas, mais qu’ils fassent attention de protéger les gens innocents, a-t-il ajouté. Je trouve ça déplorable, je suis choqué. »

Aucune arrestation n’a encore été effectuée dans ce dossier. L’enquête se poursuit.


♦ Si vous détenez de l’information en lien avec cette affaire, vous pouvez la communiquer de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

À VOIR AUSSI 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.