/world/guerre-en-ukraine
Navigation

Si la guerre en Ukraine s’étire, le peuple russe pourrait se révolter

Si la guerre en Ukraine s’étire, le peuple russe pourrait se révolter
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Une révolte russe contre l’invasion de l’Ukraine est une possibilité, pensent des experts, surtout si la guerre s’étire dans le temps et permet au peuple de réaliser l’ampleur de ce qui se passe.  

• À lire aussi: [EN DIRECT] 19e jour de guerre en Ukraine: voici tous les derniers développements

• À lire aussi: Ukraine: frappes sur Donetsk et Kyïv, la guerre s’étend malgré de nouveaux pourparlers

«C’est possible que Poutine perde la guerre en Russie, et non pas en Ukraine. La résistance des Ukrainiens [...] fait en sorte que le conflit se prolonge, et plus ça se prolonge, moins les mensonges du régime réussissent à convaincre la population russe», croit Michel Roche, professeur en sciences politiques à l’Université du Québec à Chicoutimi.

Michel Roche, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi
Photo courtoisie
Michel Roche, professeur à l’Université du Québec à Chicoutimi

Faire taire les manifestants

«Plus le conflit va s’éterniser, plus ça va devenir un bourbier pour l’armée russe, plus il risque d’y avoir un mécontentement dans l’opinion publique russe», ajoute Pierre Binette, professeur de politique à l’Université de Sherbrooke et spécialiste de la Russie. 

Depuis le début de l’invasion en Ukraine, plus de 12700 manifestants russes opposés à la guerre ont été arrêtés selon l’Organisation des Nations unies. Jusqu’à maintenant, le contrôle de l’information est un des facteurs-clés qui permet de garder la population dans l’ignorance. 

Or, si la guerre s’enlise, «le temps fera son œuvre», selon M. Roche, et les Russes seront de plus en plus informés. Il souligne que 11M de Russes ont des liens de parenté avec des Ukrainiens.  

Si la guerre en Ukraine s’étire, le peuple russe pourrait se révolter
AFP

Rébellion de l’élite ?

«Si dans la foule, ce ne sont plus des étudiants qui manifestent, mais des babouchkas (grand-mère en russe) et des mères qui auront perdu leur fils, ça va être pas mal plus difficile d’avoir envie de leur donner un coup de matraque sur la tête», dit-il. 

Selon M. Binette, l’entourage proche de Vladimir Poutine lui est toujours très fidèle. Or, l’élite russe pourrait finir par vouloir sa tête. 

«Si on s’aperçoit que c’est un échec [en Ukraine], c’est possible qu’il y ait dans l’entourage de Poutine ou de ceux qui détiennent du pouvoir, une rébellion contre Poutine, dit-il. Le renversement n’est pas impossible, mais pas prévisible.»

Toutefois, certains experts ne croient pas à une révolte pour l’instant.  

«La pression va aller en augmentant. Est-ce que cette pression suffira pour avoir une révolte populaire? Je n’ai pas de boule de cristal. À court terme, je dis non. Ça va dépendre comment la situation va se dérouler sur le terrain», dit Ekaterina Piskunova qui enseigne la science politique à l’Université de Montréal.

À voir aussi   

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.