/news/currentevents
Navigation

Un Montréalais fauché aurait battu à mort son père âgé

Le septuagénaire a été trouvé gisant à côté de sa voiture par une passante

Assassinat Charlemagne
Photo Jonathan Tremblay Roger Fleury aurait été tué par son fils, Yanik Fleury, en décembre 2018, à Charlemagne, dans Lanaudière.

Coup d'oeil sur cet article

Un Montréalais qui avait des problèmes d’argent aurait battu à mort son père de 71 ans en décembre 2018, dans Lanaudière, avant de revenir sur place faire une scène aux policiers.

« Il était déjà agité, agressif », a rapporté lundi aux jurés l’agent Jean-Denis Tanguay, au sujet du comportement de Yanik Fleury à son arrivée sur la scène de crime.

« Il a dit que c’était le char à son père. Il a essayé de me contourner », a poursuivi le policier, qui a dû le menacer de l’arrêter pour entrave au travail des policiers.

Le procès devant jury de l’homme de 48 ans s’est amorcé lundi au palais de justice de Joliette. Il est accusé du meurtre non prémédité de son père, Roger Fleury, dans le stationnement de son appartement, à Charlemagne, le 12 décembre 2018.

En cette fin d’après-midi, une passante s’en allait effectuer du bénévolat quand elle a aperçu un homme étendu à côté de sa voiture, rue du Sacré-Cœur.

« Il devait être un peu plus de 17 h. J’ai appelé le 911. Il avait le visage plein de sang et les poings figés vers le haut »,a nerveusement témoigné celle qui avait préféré ne pas toucher au septuagénaire.

« C’était évident qu’il n’y avait pas de manœuvres à faire », a-t-elle affirmé.

Yanik Fleury
Photo tirée de Facebook
Yanik Fleury

Selon ses observations, la clé se trouvait dans le contact de la Hyundai Azera noire.

Objet contondant 

Quelques minutes plus tard, l’agent Tanguay a également constaté les graves blessures au crâne de la victime, indiquant aussi que le corps du septuagénaire, qui aurait été battu à coups d’objet contondant, était encore chaud à son arrivée.

C’est environ une heure et demie plus tard que Fleury se serait pointé.

« Portez une attention particulière aux propos tenus par Yanik Fleury lors de cette soirée à différents policiers », a prévenu la procureure de la Couronne, Geneviève Aumont, à l’attention des jurés.

« La preuve vous en apprendra également sur ses allées et venues le jour du meurtre de son père, sur leur relation [et] notamment sur ses difficultés financières durant cette période », a-t-elle annoncé en ouverture du procès.

Du sang dans son véhicule

Puis, Me Aumont a aussi précisé que des analyses avaient été effectuées dans le véhicule de l’accusé.

« Vous apprendrez que du sang provenant de l’ADN de la victime a été retrouvé dans ce véhicule », a-t-elle déclaré.

Selon la poursuite, des caméras de surveillance et la preuve électronique révéleront que Fleury « se trouvait à environ 75 mètres du domicile de son père », où celui-ci habitait seul, et qu’il s’y serait dirigé « quelques minutes avant sa mort ».  

  • Le procès, prévu pour six semaines et présidé par la juge Myriam Lachance, se poursuit mercredi, à Joliette.  
Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.