/news/coronavirus
Navigation

Liens avec une compagnie de tabac: le vaccin de Medicago pourrait être refusé par l’OMS

Coup d'oeil sur cet article

Douche froide pour le fabricant de vaccin Medicago. Son vaccin développé à partir de plantes ne sera « très probablement » pas approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) en raison de ses liens avec l’industrie du tabac.

• À lire aussi - COVID-19: le vaccin québécois Medicago reçoit le feu vert

La nouvelle semble avoir pris de court le fabricant du tout premier vaccin contre la COVID-19 conçu au Canada.

Jeudi matin, Medicago indiquait ne pas avoir reçu « de communication officielle de la part de l’OMS ».

« On comprend que cette décision est liée à l’actionnaire minoritaire de Medicago, et non à l’efficacité et la sécurité du vaccin, qui ont été démontrées lors de l’autorisation par Santé Canada », a indiqué la compagnie.

« Medicago est d’avis que ces décisions devraient être basées d’abord et avant tout sur la qualité, l’efficacité et la sécurité du vaccin. »

Processus « suspendu »

Medicago est détenue par le japonais Mitsubishi Tanabe (79 %) et par le géant de l’industrie du tabac Philip Morris International (21 %).

« En raison de ses relations – il appartient en partie à Philip Morris –, le processus est donc suspendu », a dit la directrice générale adjointe de l’OMS pour l’accès aux médicaments, les vaccins et les produits pharmaceutiques, Mariangela Simao, lors d’une conférence de presse mercredi.    

  • Écoutez l'entrevue de Benoit Dutrizac avec Flory Doucas, Porte-parole de la Coalition québécoise pour le contrôle du tabac sur QUB radio :   

« L’OMS et l’ONU ont une politique très stricte concernant l’engagement avec l’industrie du tabac et l’armement, il est donc très probable qu’elle ne sera pas acceptée pour une utilisation d’urgence », a-t-elle ajouté.

Le ministre fédéral de la Santé Jean-Yves Duclos « suit attentivement la situation » et assure avoir été en contact avec Medicago, de concert avec son collègue à l’Innovation et aux Sciences, François-
Philippe Champagne.  

« On s’assure avec Medicago que les informations sont parfaitement partagées entre les deux organisations », a-t-il déclaré en marge d’un point de presse hier, ajoutant que la décision finale de l’OMS n’est « toujours pas prise ». 

M. Duclos souligne que l’entreprise basée à Québec est « une des trop rares compagnies canadiennes » ayant développé un vaccin contre la COVID-19 étant donné la capacité réduite du Canada au niveau de la fabrication pharmaceutique.

Approuvé par Santé Canada

Le 24 février dernier, Santé Canada a approuvé le vaccin à deux doses Covifenz pour les personnes de 18 à 64 ans.

Les essais cliniques ont démontré un taux d’efficacité de 71 % contre l’infection symptomatique et à 100 % contre les formes graves de la maladie une semaine après la première dose.

Rappelons que le Canada a investi jusqu’à maintenant 173 millions $ dans Medicago. Le fédéral a également une entente avec la biotech québécoise pour acheter jusqu’à 76 millions de doses du vaccin. 

Plante « cousine du tabac »

Produit en partenariat avec la pharmaceutique GSK, le vaccin est fabriqué à base de plantes.

« On travaille avec une cousine du tabac, la nicotiana benthamiana, qui ne se fume pas », expliquait en février 2020 Jean-Luc Martre, vice-président au marketing chez Medicago.

Selon les explications de la compagnie sur son site internet, on intègre à cette plante des particules pseudo-virales qui permettent ensuite de fabriquer des vaccins.

– Avec la collaboration de Raphaël Pirro, Agence QMI

À VOIR AUSSI       

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.