/news/transports
Navigation

Tramway: Marchand admet que les chiffres de circulation auraient dû être rendus publics

Du bout des lèvres, le maire de Québec s’est livré à un mea culpa

Quebec
Photo Stevens LeBlanc Bruno Marchand, a convoqué les médias jeudi matin pour faire le point sur la situation.

Coup d'oeil sur cet article

Tout en se défendant d’avoir manqué de transparence, le maire Bruno Marchand a convenu que son administration aurait dû rendre publiques les données de l’étude de circulation révélées dans l’édition de jeudi du Journal.

• À lire aussi: Tramway: le temps de déplacement doublerait sur Grande Allée et Laurier

« Nous aurions dû [rendre les chiffres publics] », a fini par admettre le maire, jeudi matin, lors d’un point de presse convoqué d’urgence à seulement une heure d’avis.

Le Journal a dévoilé jeudi les grandes lignes d’une étude de la Ville datée du 23 septembre 2021 et jamais rendue publique jusqu’à maintenant.

« On ne construit pas un tramway pour les gens de Portneuf [...], de Château-Richer [ou de] de Saint-Apollinaire [...] Et si eux autres sont déçus que, peut-être, leur temps [de déplacement] s’allonge, ce sera ainsi parce qu’on construit un tramway pour les habitants de Québec » -Bruno Marchand, maire de Québec

On y apprenait que le temps de parcours pour les automobilistes qui emprunteraient la Grande Allée et le boulevard Laurier pourrait carrément doubler si jamais l’administration Marchand va de l’avant avec le scénario d’une rue partagée sur le boulevard René-Lévesque lors de l’avènement du tramway.  

« On ne l’aurait pas transmis [le document] au gouvernement du Québec (en juin 2021) si on n’avait pas pensé que c’était intéressant [...] On ne l’a pas rendu public. On n’a pas fait une présentation publique. On ne l’a pas mis dans le [comité] plénier, mais ce n’était pas dans le but de le cacher. C’était dans le but de le compléter avec l’arrivée des scénarios sur René-Lévesque », a laissé tomber le maire jeudi.

Données préliminaires

Les données contenues dans le document sont préliminaires, a-t-il insisté.

La possibilité qu’une rue partagée soit instaurée dans le secteur du collège Saint-Charles-Garnier pourrait d’ailleurs empirer les temps de déplacement, a admis M. Marchand.

Ce dernier a toutefois insisté pour dire que la situation ne changera pratiquement pas pour les automobilistes sur plusieurs autres axes routiers.

La circulation sur la Grande Allée risque de devenir plus difficile pour les automobilistes lors de l’avènement du tramway.
Photo Stevens LeBlanc
La circulation sur la Grande Allée risque de devenir plus difficile pour les automobilistes lors de l’avènement du tramway.

Il a également promis que la Grande Allée pourra continuer à être piétonnière, en été, malgré les changements qui seront en vigueur. 

Circulation de transit

Sans détailler les mesures qui seront mises en place, le maire a par ailleurs fait la promesse solennelle aux citoyens que « la question [de la circulation] du transit va être réglée par des mesures d’atténuation que nous sommes en train d’évaluer pour faire en sorte que ces quartiers soient intéressants, vivants, protégeant leurs enfants qui vont pouvoir jouer dans la rue ».

Selon lui, « ces rues-là ne peuvent pas devenir des pistes de course ou des voies où les automobilistes vont plus rapidement vers une destination au détriment des résidents du quartier [...] Pour moi, il n’y a pas d’inquiétude sur la question du transit. On va poser les bons gestes pour faire en sorte que les résidents se trouvent dans une situation améliorée. »

Tirs groupés des partis d’opposition contre le maire 

Claude Villeneuve, Chef de Québec d’abord
Photo Stevens LeBlanc
Claude Villeneuve, Chef de Québec d’abord

Qu’ils soient favorables ou non au tramway, les partis d’opposition à l’hôtel de ville de Québec ont tous accusé l’administration Marchand d’avoir manqué de transparence.

Québec 21 n’a même pas attendu le point de presse matinal du maire pour affirmer que Bruno Marchand « a échoué (son) premier test de transparence ».

Déclarant que le maire mène une « guerre à l’automobile », le chef Éric Ralph Mercier, a soutenu que « le capitaine (du tramway) a beau avoir changé, on navigue vers la même trajectoire d’opacité qu’avec l’administration précédente ».

Déception

De son côté, Claude Villeneuve, chef de Québec d’abord et protramway affiché, s’est dit « vraiment déçu » de cette situation.

« On s’est prêté à l’exercice du plénier [mardi]. On a posé des questions au sujet de l’impact sur la Grande Allée et on n’a pas eu de réponses », a-t-il déploré. 

Selon lui, « pour le succès du tramway, projet que nous appuyons, c’est important qu’on puisse prendre les décisions en toute connaissance de cause. Il en va de l’acceptabilité du projet. C’est fondamental. Je suis attristé de ce qui m’apparaît être un faux pas en matière de transparence qui vient nuire au projet ».

Tout en regrettant « cette cachette », Jackie Smith, cheffe de Transition Québec, a tout de même estimé que la Ville a fait « le bon choix ».

D’après elle, « il faut arrêter de dire que ça ne va pas embêter les automobilistes quand c’est le cas. On fait le choix d’avoir un tramway et de favoriser le transport commun et le verdissement. Le tramway apporte beaucoup plus de monde que l’auto solo ». 

Autres réactions

De son côté, Jonathan Ollat, président d’Action promotion Grande Allée et copropriétaire du restaurant L’Atelier, préfère « donner la chance au coureur ».

Conscient que les habitudes de circulation des automobilistes vont changer de façon importante dans le secteur au cours des prochaines années, ce dernier ne s’est pas montré inquiet outre mesure.

Il a ajouté que l’apparition d’un tramway efficace et fiable pourrait aider au transport des employés et régler, en partie, l’enjeu lancinant de la pénurie de la main-d’œuvre. 

Accès transports viables a mis en doute la méthodologie utilisée par la Ville dans ses calculs.

À VOIR AUSSI...      

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.