/finance
Navigation

Les prix du crabe des neiges à la hausse

Coup d'oeil sur cet article

Le début officiel de la saison de la pêche au crabe des neiges pourrait avoir lieu dans une semaine, et le crabe russe ne sera pas présent sur le marché, ce qui fera exploser le prix du produit.

La plupart des bateaux ont été mis à l’eau vendredi à Rimouski pour être parés pour la saison de pêche au crabe des neiges qui pourrait commencer le 25 mars, si l’état des glaces dans le fleuve Saint-Laurent le permet.

Le consommateur devra débourser davantage pour mettre la main sur du crabe des neiges. L’inflation, le prix du carburant et la guerre en Ukraine ajoutent une pression supplémentaire sur la demande mondiale.

La Russie est un important exportateur de crabe. Avec les sanctions imposées aux produits en provenance de la Russie, ce crabe ne sera pas disponible sur le marché mondial, ce qui fera exploser la demande pour le crabe en provenance du Canada.

«La Russie est un compétiteur qui envoyait ses produits sur le marché américain, les quotas américains sont bas pour leur biomasse aussi, donc ça crée une rareté sur le marché américain», a expliqué le président de l’Association des pêcheurs de crabe de la zone 17, Marc Doucet.

Selon le président des Pêcheries de l’Estuaire, Henry Clapperton, la Russie représente un acteur important sur le marché international.

«La Russie est un exportateur de crabe des neiges et de king crab (crabe d’Alaska). Pour l’année 2021, ça représentait 925 M$ américains de chiffre d'affaires qui est rentré aux États-Unis», a commenté Henry Clapperton.

Même si le produit est pêché au Québec, le consommateur local doit tout de même payer le prix fixé par le marché international.

«On dépend vraiment du marché extérieur. Les usines vont fixer leurs prix selon ce qu’elles sont capables d’avoir sur le marché d’exportation. Nous, ensuite, on a le prix que le marché désire payer, on n'a pas de privilèges même si c’est un produit qui est pêché près d’ici», a confirmé Sarah Landry, copropriétaire de la Poissonnerie Gagnon.

Une rencontre aura lieu en début de semaine prochaine pour statuer si la navigation est sécuritaire pour les crabiers.

Cette année, les quotas de pêche ont été maintenus au même niveau que l’an dernier dans la zone 17 de l’estuaire du Saint-Laurent.

«On demeure prudent, on essaye de garder comme l’an passé, après ça le cycle va repartir, on donne une chance à la biomasse de se rétablir», a confirmé Marc Doucet.

À voir aussi 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.