/news/education
Navigation

Mitaines et bottes mouillées: c’est terminé à l’école primaire de Saint-Léon!

Mitaines et bottes mouillées: c’est terminé à l’école primaire de Saint-Léon!
PHOTO COURTOISIE

Coup d'oeil sur cet article

L’école primaire de Saint-Léon-le-Grand, en Mauricie, possède maintenant un séchoir à bottes et à mitaines au grand plaisir des enfants qui peuvent profiter des joies de l’hiver dans des vêtements secs. 

L’appareil, une rareté dans les écoles du Québec, peut sécher 80 articles en moins de 90 minutes. Il a été acquis grâce à la Fondation école Yamachiche-Saint-Léon. L’école compte 70 élèves de la maternelle à la 6e année.

«Nous sommes dans un milieu qui favorise les activités de plein air comme le ski, la raquette et la planche à neige. Cela faisait des années que nous rêvions d’avoir un séchoir, car les enfants revenaient fréquemment trempés», nous a mentionné en entrevue l’instigatrice de ce projet et enseignante, Jessica Caouette.

Mitaines et bottes mouillées: c’est terminé à l’école primaire de Saint-Léon!
PHOTO COURTOISIE

Après plusieurs recherches, Mme Caouette a constaté que personne ne concevait ce type d’équipement au Québec. Finalement, avec l’appui du concierge de l’école, elle a trouvé une entreprise de la Colombie-Britannique qui fabrique des séchoirs pour les stations de ski, entre autres, puis un distributeur de ces produits à Montréal. «C’était leur première vente d’un séchoir à une école», nous a-t-elle dit. On parle d’un équipement d’une valeur de 5500 $.

Mitaines et bottes mouillées: c’est terminé à l’école primaire de Saint-Léon!
PHOTO COURTOISIE

Projet inclusif

Le projet requiert la collaboration de tous: d’abord, en rentrant de l’extérieur, les élèves doivent mettre leurs vêtements mouillés dans des paniers déposés à l’entrée des classes; puis, les plus vieux, soit les élèves de 5e et 6e années vont prendre les paniers et les emmènent au séchoir pour y mettre les vêtements à sécher. Lorsque les bottes et mitaines sont sèches, ils les remettent dans les paniers qu’ils retournent aux classes.

«Nous avons expliqué le fonctionnement aux jeunes et ce sont eux qui s’en occupent. Nous, les professeurs, nous ne gérons pas grand-chose», a souligné Mme Caouette, ajoutant que le projet n’a pas encore fait de petits dans d’autres écoles de la Mauricie.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.