/misc
Navigation

Ça suffit!

Coup d'oeil sur cet article

Le gouvernement du Québec doit arrêter de brader la santé de la population et de l’environnement pour plaire à l’industrie.

Son premier devoir est de veiller à nos intérêts, pas de maximiser les profits de quelques compagnies.

C’est pourtant ce qu’il fait depuis longtemps, malgré la mission de son ministère de l’Environnement. On en apprend beaucoup en lisant le livre La caution verte, écrit par Louis-Gilles Francœur en collaboration avec Jonathan Ramacieri. Tout juste publié chez écosociété.

Nickel

Le cas de la pollution au nickel montre que cette situation est toujours actuelle.

Cette semaine, le ministre Benoît Charette a admis qu’augmenter les seuils de pollution dans l’air est un signal pour l’industrie. Il veut attirer des géants chimiques comme BASF.

Tant pis pour notre santé.

Pour jouer son rôle, le ministre de l’Environnement devrait plutôt reconnaître qu’il s’est trompé en voulant multiplier par cinq la norme d’émission quotidienne de nickel dans l’air au Québec.

Il doit écouter les 18 directions de santé publique qui s’opposent à cette modification, tout comme la Ville de Québec et de nombreux organismes qui défendent la santé et l’environnement.

Comme l’a rigoureusement démontré l’Association québécoise des médecins pour l’environnement (AQME), une « erreur scientifique fondamentale » a été commise en ne tenant pas compte de la composition de nickel spécifique à la réalité québécoise. La nouvelle norme proposée est inacceptable.

Les solutions existent

Plutôt que d’affaiblir sa réglementation, Québec devrait s’inspirer de ce qui se fait de mieux et imposer de meilleures pratiques à l’industrie. Comme en Australie de l’Ouest.

Les technologies de transbordement et de contrôle de la pollution au nickel existent. Elles ont un coût, mais l’industrie a les moyens de payer.

À lui seul, le producteur de nickel Glencore, qui pollue l’air de Québec, vient de redistribuer quatre milliards de dollars à ses actionnaires !

Il est urgent de faire passer la santé des gens avant les bénéfices des actionnaires.

C’est la responsabilité des gouvernements.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.